International
URL courte
271046
S'abonner

Accusé d’avoir évoqué une éventuelle levée des sanctions contre Moscou avec l’ambassadeur russe à Washington, le conseiller à la sécurité de Donald Trump a été contraint de quitter la Maison Blanche. De son côté, Michael Flynn assure que la conversation qui a mis le feu aux poudres tournait autour d’un sujet tout à fait différent.

Sur quoi portait en réalité la conversation téléphonique qui a coûté son poste à Michael Flynn? Pris dans la tourmente médiatique, le conseiller à la sécurité de Donald Trump a dû présenter sa démission trois semaines seulement après l'entrée en fonction du président des États-Unis. Pourtant, de nombreuses zones d'ombres subsistent autour de son entretien avec Sergueï Kisliak, ambassadeur de la Fédération de Russie à Washington.

Dans une interview accordée au média américain le Daily Caller qui a été publiée mardi 14 février, M. Flynn affirme ne pas avoir parlé des sanctions avec M. Kisliak, leur conversation ayant en réalité porté sur les 35 diplomates russes expulsés des États-Unis en décembre dernier.

« Il ne s'agissait pas des sanctions. Le thème était les 35 personnes qui ont été expulsées », a assuré le conseiller au Daily Caller quelques heures avant sa démission.

« Et voilà comment cette histoire s'est déroulée. En gros, c'était "Tiens, je sais que ça a eu lieu. On va reconsidérer tout ça". Je n'ai jamais dit quoi que ce soit du genre "Nous allons reconsidérer les sanctions" », poursuit-il.

Michael Flynn affirme qu'il « n'a pas franchi de limites » dans sa conversation avec l'ambassadeur russe et exprime sa préoccupation concernant les fuites régulières d'informations secrètes dans les médias.

« Dans certain cas, il s'agit de choses qui ont été volées dans un système classifié et transmises aux reporters. C'est un délit », estime-t-il.

Le conseiller de Donald Trump à la sécurité Michael Flynn a quitté son poste mardi, au lendemain de la publication dans le Washington Post d'un article mentionnant la conversation téléphonique tenue en décembre entre le conseiller à la sécurité nationale et Sergueï Kisliak, ambassadeur de la Fédération de Russie à Washington.

C'est le général Keith Kellog, secrétaire général du Conseil de sécurité nationale, qui assurera l'intérim, le temps que le président le président américain lui trouve un successeur.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Theresa May rejette une pétition contre la visite de Trump au Royaume-Uni
Kremlin: la démission du conseiller de Trump ne regarde que les USA
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Pour les députés LREM, la réécriture de l’article 24 est «une humiliation»
Tags:
Michael Flynn, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook