Ecoutez Radio Sputnik
    Média US: l’affaire Flynn dévoile l’hypocrisie de la politique américaine

    Média US: l’affaire Flynn dévoile l’hypocrisie de la politique américaine

    © AFP 2019 Chris Kleponis
    International
    URL courte
    5292

    Républicains comme démocrates mènent un double jeu: ils condamnent les fuites d’information lorsque leur contenu les dérange et les saluent lorsque les données leurs sont profitables, estime un journaliste américain, qui cite pour preuve l’affaire Flynn.

    Si Edward Snowden, Chelsea Manning, Thomas Drake et d'autres lanceurs d'alertes de l'époque Obama sont considérés comme des criminels, pourquoi les fonctionnaires qui ont transmis à la presse les détails de la conversation téléphonique entre Michael Flynn et l'ambassadeur russe à Washington Sergueï Kisliak reçoivent aujourd'hui des louanges? Voici la question que pose dans les colonnes de l'article publié sur le site américain The Intercept, Glenn Greenwald, journaliste qui a diffusé les révélations de Snowden sur la NSA.

    « Des personnes dénuées de toute conviction retournent leur veste sans vergogne sur des questions politiques fondamentales selon que cela profite ou nuit à leur chef », indique le journaliste, pointant du doigt le fait qu'il y a seulement trois mois, les démocrates « qualifiaient de péché mortel les fuites illégales » alors qu'aujourd'hui ils considèrent ces dernières comme un « acte héroïque de résistance ».

    « Ce n'est qu'un jeu indigne et lâche de Washington », poursuit-il.

    Estimant que toute tentative de dénoncer le « comportement indigne » de ceux qui détiennent le pouvoir mérite le respect, l'auteur de l'article affirme toutefois qu' « il est évident que quelqu'un au sein du gouvernement a grossièrement violé la loi ». D'autant plus que les motifs de ceux qui cherchaient à épingler le conseiller de Donald Trump étaient loin d'être nobles. Compte tenu du fait que le nouveau président américain ainsi que Michael Flynn ont une multitude d'ennemis au sein des services secrets et du Pentagone, il s'agit le plus probablement d'une vengeance, estime Glenn Greenwald.

    Selon lui, les fonctionnaires qui ont transmis les informations concernant la conversation avec l'ambassadeur russe au Washington Post ont commis un délit, pourtant personne ne chercher à les poursuivre.

    « Cette épisode met en lumière un moment très important: le fait que telle ou telle action est illégale ne signifie en rien que celle-ci n'est pas correcte ou qu'elle mérite d'être punie », résume le journaliste.

    Le conseiller de Donald Trump à la sécurité Michael Flynn a quitté son poste mardi, au lendemain de la publication dans le Washington Post d'un article mentionnant la conversation téléphonique tenue en décembre entre le conseiller à la sécurité nationale et Sergueï Kisliak, ambassadeur de la Fédération de Russie à Washington.

    C'est le général Keith Kellog, secrétaire général du Conseil de sécurité nationale, qui assurera l'intérim, le temps que le président le président américain lui trouve un successeur.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Wilbur Ross va-t-il subir le sort de Michael Flynn?
    Michael Flynn toujours dans le viseur des médias anti-Trump
    Tags:
    informations, fuites, politique, médias, Michael Flynn, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik