International
URL courte
3140
S'abonner

Le premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé le lancement d’une nouvelle phase de l’opération pour reprendre l’ouest de Mossoul. Après quatre mois d’opérations, les forces irakiennes entendent libérer tous les civils de la terreur de Daech.

Dimanche 19 février, le premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé le déclenchement d'une opération militaire destinée à reprendre à Daech la partie ouest de Mossoul, indique l'AFP citant le chef de gouvernement irakien.

« Nos forces entament la libération des citoyens de la terreur de Daesh », a déclaré le premier ministre irakien Haider al-Abadi dans une brève déclaration télévisée. « Nous annonçons le lancement d'une nouvelle phase de l'opération, nous venons pour libérer la partie ouest de Mossoul », a-t-il ajouté.

Le début de l'offensive sur Mossoul a été annoncé par M. al-Abadi dans la nuit du 16 au 17 octobre. L'armée et la police irakiennes, soutenues par les milices kurdes et les avions de la coalition internationale anti-Daech, ont entamé une vaste opération.

Après des semaines de durs combats, en janvier, elles ont réussi à prendre le contrôle de la partie est de la ville.

Daech s'est emparé de Mossoul en juin 2014. La partie ouest de la ville, qui est située sur l'autre rive du Tigre, est pourtant toujours sous l'emprise des terroristes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

 

Lire aussi:

199 civils tués par la coalition américaine anti-Daech en Syrie et en Irak
Les chrétiens d'Irak racontent leur vie sous le joug de Daech
Mossoul-Est libéré, preuve d’un bon partenariat entre l’Irak et les Peshmergas
Tags:
offensive, libération, terrorisme, Etat islamique, Haïder al-Abadi, Mossoul, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook