Ecoutez Radio Sputnik
    L'envoyé spécial de l'Organisation des Nations unies (Onu) pour la Syrie Staffan de Mistura

    Astana, Munich, Genève: le rôle russe dans le règlement syrien apprécié

    © AFP 2019 Christof STACHE
    International
    URL courte
    53e Conférence de Munich sur la sécurité (2017) (11)
    5293
    S'abonner

    La Conférence de Munich sur la sécurité a fini par une rencontre consacrée à la situation en Syrie. Les parties sont persuadées que la participation de la Russie dans le règlement syrien est indispensable. Les particularités de la coopération sont à préciser. Et on attend que Washington clarifie sa position.

    La situation en Syrie a été le sujet de clôture de la Conférence de Munich sur la sécurité. L'essentiel était l'appréciation par les parties du rôle russe dans le règlement syrien. Les particularités de la coopération pour restaurer la paix en Syrie devront être précisées. La clarification de la position de Washington concernant sa stratégie reste à l'ordre du jour.

    Un cessez-le-feu complet doit être installé sur tout le territoire syrien pendant la durée des négociations envisagées, ce qui les rendrait plus efficaces, a signalé l'envoyé spécial de l'Organisation des Nations unies (Onu) pour la Syrie Staffan de Mistura.

    Le chef de la coalition nationale des forces syriennes révolutionnaires et d'opposition Anas al-Abda a pour sa part affirmé son intention de coopérer de façon constructive lors des négociations à Genève.

    Dans cette situation, les parties ont jugé nécessaire de recevoir des clarifications concernant les particularités de la stratégie américaine en Syrie. Selon Staffan de Mistura, avec le cessez-le-feu, c'est encore un élément important pour passer au processus de règlement politique.

    « Nous comptons recevoir la vision de la stratégie repensée par la nouvelle administration américaine début mars », a indiqué l'envoyé spécial.

    Genève s'inscrit dans le processus de règlement : les négociations tenues à Astana ont déjà manifesté des avancées sur cette voie. Comme l'a indiqué lors de la rencontre à Munich Konstantin Kossatchev, chef du Comité parlementaire pour les relations internationales, Astana n'a jamais été considérée comme une alternative à Genève. Il s'agit des forums qui cherchent à trouver une solution efficace.

    Une telle approche est largement partagée par Staffan de Mistura qui a déclaré que les négociations à Astana avec la participation de la Russie, de la Turquie et de l'Iran avaient plus de perspectives que d'autres initiatives de paix.

    « Nous avons salué le processus à Astana, parce qu'il a été focalisé sur un sujet précis, notamment le soutien au régime de cessez-le-feu, et de plus, les mesures pour restaurer la confiance et l'aide humanitaire », a ajouté M. De Mistura.

    L'idée de la nécessité de l'interaction entre Moscou, Ankara et Téhéran dans le règlement syrien a été partagée lors de la rencontre à Munich par l'émissaire spécial américain dans la coalition anti-Daech Brett McGurk.

    « Si nous parlons de la coopération entre la Russie, la Turquie et l'Iran, elle est très importante, parce que ce sont trois facteurs d'influence décisifs dans la région », a indiqué le représentant américain.

    M. McGurk a ajouté que grâce aux négociations d'Astana, il était possible de constater une certaine désescalade en Syrie.

    Ainsi, la Conférence de Munich s'est achevée sur l'un des dossiers les plus compliqués de notre temps. Le processus du règlement syrien, où le rôle russe est largement apprécié par toutes les parties, devrait connaître de nouvelles avancées. Les négociations intersyriennes sous l'égide de l'Organisation des Nations unies (Onu) sont fixées au 23 février prochain.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    53e Conférence de Munich sur la sécurité (2017) (11)

    Lire aussi:

    La délégation de l'Armée syrienne libre va participer aux négociations à Astana
    Astana dévoile les détails des pourparlers sur la Syrie
    Député turc: «Les négociations d’Astana, un grand pas en avant»
    Damas prêt à négocier un référendum constitutionnel à Astana
    Tags:
    crise syrienne, négociations, Europe, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik