Ecoutez Radio Sputnik
    Matteo Renzi

    Matteo Renzi démissionne, menace d’implosion au Parti démocrate

    © REUTERS / Stefano Rellandini
    International
    URL courte
    13241

    L’ancien premier ministre italien Matteo Renzi a démissionné dimanche de la tête de son Parti démocrate (PD). Une décision qui ravive les divisions au sein de son parti et fragilise le centre-gauche à moins d’un an des législatives.

    Matteo Renzi, ancien chef du gouvernement italien, a démissionné dimanche 19 février de la présidence du Parti Démocrate (PD), formation de centre-gauche au pouvoir.

    Conformément aux statuts du Parti Démocrate, cette décision permet à M. Renzi d'obtenir un congrès de son parti qui doit se tenir en juin. Il peut compter notamment y être réélu en tant que secrétaire-général.

    Matteo Renzi avait déjà auparavant présenté sa démission de son poste de président du Conseil italien, suite à son échec au référendum du 4 décembre 2016, alors que sa proposition de réforme constitutionnelle avait été massivement rejetée.

    Conformément aux statuts du Parti démocrate, le secrétaire-général devient le nouveau président du Conseil si cette formation remporte les législatives.
    Lors du référendum de 2016, la réforme constitutionnelle proposée par M. Renzi avait été rejetée par 59,11 % des électeurs, contre seulement 40,89 % des suffrages pour le « oui ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Matteo Renzi veut reconquérir l'Italie
    Matteo Renzi, cet empêcheur de danser en rond entre Angela Merkel et François Hollande
    Joe Biden et Matteo Renzi veulent préserver les sanctions antirusses
    Tags:
    Parti Démocrate, démission, Matteo Renzi, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik