Ecoutez Radio Sputnik
    Les couleurs du drapeau ukrainien

    Selon Amnesty International, l’Ukraine continue de réprimer les journalistes

    © Flickr / Norma Desmond
    International
    URL courte
    18218

    Dans son rapport annuel, l'ONG Amnesty International accuse les autorités ukrainiennes de harceler les journalistes.

    Depuis début 2014, 16 journalistes ont été assassinés en Ukraine. Une dérive inquiétante étant donné que l'Ukraine prétend partager les valeurs européennes. Les auteurs du rapport annuel de l'ONG Amnesty International ont dressé un bilan sur la liberté d'expression en Ukraine.

    « Les médias pro-russes ou pro-insurgés, y compris ceux qui critiquent fortement les autorités du pays, sont confrontés à des pressions ainsi qu'à des menaces de fermeture et de violence physique. Le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov a à plusieurs reprises menacé de fermer la chaîne Inter. Le 4 septembre, une quinzaine d'hommes masqués ont tenté sans succès de pénétrer dans les bureaux de la chaîne sous prétexte qu'elle couvrait les actualités des positions prorusses », indique le document.

    La chaîne Inter, dont la plupart des émissions sont diffusées en langue russe, est l'objet de critiques permanentes de la part des politiciens ukrainiens. Selon Arsen Avakov, ses bureaux ont été attaqués par d'anciens militaires qui n'étaient pas d'accord avec la prise de position prorusse de la chaîne. A en croire Avakov, c'est Inter qui les avait « provoqués ».

    L'un des chapitres du rapport porte sur la liberté de parole qui est, elle aussi, sous pression en Ukraine. Et de citer le présentateur Savik Shuster, dont la chaîne 3S TV a été fermée sous prétexte de problèmes fiscaux, ou encore le blogueur Ruslan Kotsaba. Ce dernier a été condamné à trois ans et six mois de prison pour s'être opposé à la mobilisation en Ukraine suite au conflit au Donbass. Amnesty International a d'ailleurs reconnu le blogueur en tant que prisonnier d'opinion.

    Les auteurs du rapport sont aussi préoccupés par le fait que les meurtres de deux journalistes ukrainiens — Pavel Cheremet et Oles Bouzina — n'ont pas encore été élucidés. Pavel Cheremet a été tué dans l'explosion de sa voiture à Kiev le 20 juillet 2016. L'autre journaliste, l'essayiste et présentateur ukrainien Oles Bouzina, a été abattu le 16 avril 2015 près de sa maison à Kiev. Deux suspects placés en garde à vue ont finalement été libérés. Il s'agissait de combattants des bataillons nationalistes ayant participé à l'opération militaire dans le Donbass.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

     

    Lire aussi:

    Bill Clinton en robe bleue et pas que… Des trouvailles extravagantes dans une résidence d’Epstein – images
    Un énorme requin blanc filmé à quelques centimètres d’une cage de plongeurs – vidéo
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    journalisme, médias, Amnesty International, Pavel Cheremet, Oles Bouzina, Arsen Avakov, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik