Ecoutez Radio Sputnik
    Eau

    1,8 milliard de personnes boivent de l'eau contaminée par des matières fécales

    © Flickr/ Sabbir Ahmed
    International
    URL courte
    22321
    S'abonner

    Environ 1,8 milliard de personnes dans le monde utilisent des points d'eau contaminés par des matières fécales, constate l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

    Selon l'Organisation, une part importante de l'eau amenée par des canalisations est contaminée, en particulier lorsque l'alimentation est intermittente ou le traitement insuffisant. Même lorsque la source est bonne, l'eau peut être contaminée pendant le transport ou le stockage.

    La Lune
    © AP Photo / Sergei Grits
    L'eau contaminée et le manque d'assainissement entraînent la transmission de maladies comme le choléra, la diarrhée, la dysenterie, l'hépatite A, la typhoïde et la poliomyélite. On estime par exemple que l'eau de boisson contaminée est à l'origine de plus de 500 000 décès par diarrhée chaque année.

    Toujours selon l'OMS, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, 38 % des établissements de santé n'ont aucun accès à un point d'eau, 19 % n'ont pas d'installations améliorées d'assainissement et 35 % n'ont pas d'eau et de savon pour se laver les mains.

    L'Organisation estime également que d'ici 2025, plus de la moitié de la population mondiale vivra dans des régions soumises au stress hydrique.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    L’arme à eau enfin inventée
    De l'eau radioactive contamine un réservoir d'eau en Floride
    0% d'émissions pour ce train allemand carburant à l'eau
    Mars: de l'eau ou du CO2?
    Tags:
    maladies, contamination, eau, OMS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik