Ecoutez Radio Sputnik
    Mohamed Ali en 1963

    «Êtes-vous musulman?»: un fils de Mohamed Ali détenu dans un aéroport US

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    12510

    Un fils de la légende de la boxe Mohamed Ali a été interrogé pendant deux heures dans l'aéroport de Fort Lauderdale en Floride où il était arrivé depuis la Jamaïque. Un incident qui pourait être lié au récent décret Trump sur l'immigration.

    Mohamed Ali Jr et sa mère Khalilah Camacho-Ali ont été détenus par des employés des services migratoires américains à l'aéroport international de Fort Lauderdale en Floride, rapportent les médias occidentaux. Si l'ex-épouse du célèbre boxeur a été rapidement relâchée, son fils, 44 ans, a été interrogé pendant environ deux heures.

    Selon le site Courier-Journal qui se réfère à un ami de la famille, l'origine et l'appartenance confessionnelle intéressaient particulièrement les employés. L'intéressé a pu quitter l'aéroport après avoir prouvé sa citoyenneté américaine.

    Suite à l'incident, l'avocat de la famille a déclaré que la détention de Mohamed Ali Jr s'expliquait par les dispositions du décret antiterroriste de Donald Trump.

    Mohamed Ali, né sous le nom de Cassius Marcellus Clay, est décédé le 4 juin 2016 à l'âge de 74 ans à la suite d'une maladie prolongée. Il a été enterré dans sa ville natale de Louisville, dans l'État du Kentucky.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Expert: les opposants à Trump ne disaient rien quand Obama bombardait les musulmans
    L'équipe Trump divisée quant au statut des Frères musulmans
    Comment Trump rend les musulmans bienvenus aux USA
    Tags:
    détention, aéroport, musulmans, Mohamed Ali (boxeur), Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik