Ecoutez Radio Sputnik
    Mexique

    Face au protectionnisme grandissant des USA, le Mexique change de cap commercial

    © AFP 2019 Omar Torres
    International
    URL courte
    4260

    Ces dernières années, le Mexique a misé sur le commerce avec l’Amérique du Nord. Toutefois, ce pays a fini par se trouver confronté à un protectionnisme grandissant des États-Unis, si bien qu’aujourd’hui il est contraint de se tourner vers ses voisins du sud, assure à Sputnik l’analyste Alfredo Jalife-Rahme.

    Le Mexique « a commis une grave erreur en comptant exclusivement sur l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) sans aucune garantie en retour ». Tel est le point de vue défendu dans son commentaire à Sputnik par le politologue Alfredo Jalife-Rahme. Confrontée à l'élection de Donald Trump et à sa « nouvelle politique économique, plus protectionniste, l'industrie mexicaine va se retrouver « superflue », estime-t-il.

    L'expert rappelle l'intention de Donald Trump de réviser l'accord ALÉNA, la sortie de Washington de l'Accord de partenariat transpacifique et le destin incertain du partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP) avec l'UE, auquel le Mexique prenait part. Sans oublier de mentionner l'intention du premier ministre nippon, Shinzō Abe, d'investir quelque 700 milliards de dollars dans l'économie US, ce qui conduira de nombreuses entreprises japonaises à quitter le Mexique.

    Le politologue considère que suite à des pressions de la part de Washington, alors que Hillary Clinton occupait le poste de secrétaire d'État, le Mexique a privatisé ses ressources pétrolières. Or, cette stratégie a privé le pays de son « dernier refuge » et l'a rendu encore plus vulnérable face à la fermeture des marchés.

    Et de souligner que l'accord ALÉNA a laissé « orpheline » 35 % de la population du Mexique, principalement les paysans. « Ces gens ont émigré aux États-Unis car ils n'avaient pas d'autre opportunité après la conclusion de l'accord de libre-échange ». Pour cette raison, ils sont qualifiés de « réfugiés économiques ».

    « Trump aspire à un modèle industriel concurrentiel à celui du Mexique. De plus, il envisage d'introduire une taxe de 20 % (sur les produits venus de Mexique, ndlr). Il s'agit d'une guerre commerciale : le protectionnisme obligera le gouvernement mexicain, partisan du libre-échange et du néolibéralisme, à regarder dans n'importe quelle autre direction », explique l'expert, ajoutant que le Mexique, qui a failli « oublier l'Amérique latine », n'a pas d'autre choix que de s'adresser à cette région.

    Toutefois, ce changement de cap ne sera pas facilement réalisé. Les États-Unis ne toléreront pas une importante intégration commerciale du Mexique en Amérique latine et dans les pays du Bassin caribéen, car l'émergence d'un géant capable de concurrencer les Américains n'est pas dans l'intérêt de ces derniers.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Trump s'en prend à GM qui importe ses voitures du Mexique
    Le Mexique est-il une nouvelle Silicon Valley?
    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    Tags:
    Accord de libre-échange nord-américain (NAFTA), partenariat, économie de l'ombre, taxes, Traité de partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP), Donald Trump, Hillary Clinton, Mexique, Amérique latine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik