International
URL courte
Centenaire de la Révolution russe de 1917 (21)
2138
S'abonner

Les mouvements féministes des premières décennies du XXe siècle ont ouvert une nouvelle page dans la lutte pour les droits des femmes. La Révolution russe de 1917 y occupe une place particulière: les activités de la première femme-ministre au monde le prouvent. L'historienne brésilienne Ana Nemi évoque le sujet dans une interview pour Sputnik.

L'émancipation des femmes est un sujet qui ne perd pas son actualité dans le monde d'aujourd'hui. Un sujet d'autant plus intéressant que ce phénomène a une longue histoire, enracinée dans les premières décennies du XXe siècle.

Il s'agit, d'un côté, des suffragettes au Royaume-Uni, qui demandaient le droit de vote, et de l'autre, des travailleuses russes, dont les activités sont profondément liées à la Révolution des Bolcheviks d'octobre 1917 en Russie.

L'historienne brésilienne Ana Nemi, enseignante à l'université de Sao Paulo, souligne l'importance de ce sujet et le rôle particulier joué par la révolutionnaire russe Alexandra Kollontaï dans le premier gouvernement soviétique.

Selon la chercheuse, l'approche proposée mettait l'accent sur la possibilité de la participation des femmes à la vie publique, si elles étaient libérées des obligations domestiques — une idée révolutionnaire pour cette époque-là. Dans le même temps, les inégalités sociales rendaient l'émancipation beaucoup moins réaliste.

« Les femmes appartenant aux milieux pauvres avaient un double problème. C'est pourquoi il s'agissait d'une lutte différente de celle menée par les suffragettes, bien qu'un grand nombre de travailleuses aient rejoint la lutte pour le droit de vote. Ce n'était pas suffisant, selon les travailleuses, parce qu'il fallait évoquer les problèmes familiaux et privés », signale l'historienne.

En tant que commissaire du peuple à l'Assistance publique dans le gouvernement soviétique formé en automne 1917, Alexandra Kollontaï s'occupait des services sociaux permettant aux femmes de se libérer des obligations domestiques qui les empêchaient de participer à la vie publique. Cependant, comme le précise l'historienne, de telles mesures se sont finalement heurtées au mécontentement à l'intérieur même du gouvernement révolutionnaire.

Alexandra Kollontaï s'est ensuite retrouvée dans l'équipe du ministère des Affaires étrangères, ce qui a constitué pour elle une sorte d'exil diplomatique. Mme Nemi indique qu'actuellement, la défense des droits des femmes reste à l'ordre du jour. Dans cette situation, l'analyse des événements de 1917 est très importante pour repenser l'émancipation des femmes, conclut l'historienne.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Centenaire de la Révolution russe de 1917 (21)

Lire aussi:

Plus de la moitié des femmes allemandes ne se sentent pas en sécurité
Les femmes de Mossoul s’unissent contre Daech
Les femmes yézidies capturées par Daech libérées par les forces armées irakiennes
Les femmes travaillent 39 jours de plus par an que les hommes
Tags:
Russie, URSS, Royaume-Uni, histoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook