Ecoutez Radio Sputnik
    Brexit

    GB: les Lords adoptent un amendement qui retarde le Brexit

    © AFP 2019 Odd Andersen
    International
    URL courte
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)
    15524

    Les Lords britanniques ont donné un coup de frein au calendrier du gouvernement sur le Brexit en votant mercredi un amendement destiné à protéger les droits des trois millions de citoyens européens vivant au Royaume-Uni.

    Ce vote ne remet pas en cause le projet de loi autorisant l'activation de l'article 50 du Traité de Lisbonne, mais va retarder l'adoption de ce texte permettant de lancer la procédure de divorce d'avec l'Union européenne.

    Les Conservateurs ont lancé une attaque ouverte contre la première ministre britannique suite à ses intentions d'entamer le processus de sortie de l'Union Européenne d'ici la fin mars. La question concernant les Européens vivant en sol britannique reste pourtant toujours en suspens.

    Les Tories retardent le déclenchement du Brexit
    © AP Photo / Kirsty Wigglesworth
    La première ministre Theresa May a plus d'une fois souligné que le gouvernement garantirait le statut des citoyens européens résidant en Grande Bretagne uniquement sur la base du principe de réciprocité, soit à la seule condition que des mesures réciproques soient prises par l'UE à l'endroit des Britanniques habitant l'Europe continentale.

    La Chambre des Communes (chambre basse du Parlement britannique) a de son côté déjà donné le feu vert au texte le 9 février, par 494 voix contre 122.

    Lors d'un référendum qui s'est tenu au Royaume-Uni en juin 2016, la plupart des Britanniques se sont prononcés pour la sortie de l'UE. La Chambre des Communes a ensuite approuvé un projet de loi sur le Brexit.

    Dossier:
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)

    Lire aussi:

    Theresa May ordonne d'élaborer un système de visas pour les migrants de l’UE
    Brexit: le Royaume-Uni craint la fuite des travailleurs européens
    «Oui» à la visite de Trump au Royaume-Uni: les intérêts du pays d’abord
    Le gouvernement UK ne soutiendra pas de 2e référendum d'indépendance en Écosse
    Tags:
    Theresa May, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik