International
URL courte
37511
S'abonner

Sous le feu des critiques, le ministre de la Justice Jeff Sessions a reconnu avoir rencontré l'ambassadeur russe aux États-Unis Sergueï Kisliak à deux reprises l’an dernier, mais a formellement démenti avoir évoqué avec ce dernier la campagne électorale de Donald Trump.

Accusé d'avoir discuté avec la partie russe de la campagne électorale de Donald Trump, le ministre de la Justice Jeff Sessions a démenti avoir commis quelque acte illicite que ce soit au cours de ces rencontres ou avoir menti pendant ses auditions au Congrès.

Évoquant le sujet jeudi soir sur la chaîne de télévision Fox News, M. Sessions a répété qu'il n'avait jamais parlé de la campagne électorale avec l'ambassadeur de Russie.

« Quand je faisais campagne pour Trump, je n'ai pas été impliqué dans quoi que ce soit de ce genre. Vous pouvez en être sûrs », a-t-il dit.

Jeff Sessions a admis avoir eu de tels contacts pendant la campagne mais en sa qualité de sénateur et non de représentant de la campagne de Donald Trump.

Donald Trump, pour sa part, l'avait plus tôt assuré de sa confiance « totale ».

« Jeff Sessions est un honnête homme », a écrit M. Trump dans un communiqué jeudi soir, cité par l'AFP.

Le président américain Donald Trump a qualifié de « chasse aux sorcières » les appels à la démission de son ministre de la Justice dans l'affaire des contacts supposés de ce dernier et d'autres alliés avec des responsables russes.

Ainsi, le conseiller de Donald Trump à la sécurité Michael Flynn a quitté son poste en février dernier au lendemain de la publication, dans le Washington Post, d'un article mentionnant une conversation téléphonique qu'il aurait eue en décembre avec Sergueï Kisliak, ambassadeur de la Fédération de Russie à Washington. Selon les médias, M. Flynn aurait entre autres évoqué le sujet des sanctions antirusses avec M. Kisliak.
Le Kremlin a de son côté déclaré que la conversation téléphonique entre Michael Flynn et Sergueï Kisliak avait été mal interprétée.

Sous l'administration Obama, Washington a accusé Moscou d'avoir mené en 2016 une campagne d'influence pour tenter de discréditer la candidate démocrate Hillary Clinton et aider son adversaire républicain.

Donald Trump a nié à plusieurs reprises toute collusion, et la Russie nie catégoriquement toute ingérence.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

WikiLeaks appelle à rendre publique la conversation entre Flynn et l’ambassadeur russe
Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
L’homme et la femme les plus riches du monde sont Français, selon Forbes
Après de nombreuses péripéties, Erdogan annonce la fin de la réalisation de l’accord sur les S-400
Tags:
Présidentielle américaine 2016, Sergueï Kisliak, Donald Trump, Jeff Sessions, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik