Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Zakharova tourne en dérision la «chasse aux sorcières russes» aux USA

    © Sputnik. Sergey Pyatakov
    International
    URL courte
    42771

    La vague d’accusations à l’encontre de l'administration Trump portant sur ses possibles liens avec des représentants russes, notamment avec l'ambassadeur de Russie à Washington Sergueï Kisliak, semble déjà dépasser ses limites. La situation n’a pas échappé aux moqueries de la porte-parole de ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

    La représentante de la diplomatie russe Maria Zakharova a ironisé sur cette « chasse aux sorcières russes » déclenchée par le Parti démocrate américain et les médias mainstream.

    « Il me semble que si on publie tous les contacts de Sergueï Kisliak à Washington, la guerre civile entre le Nord et le Sud va reprendre aux États-Unis », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a même posté une image montrant une file d'attente de ceux qui veulent voir l'ambassadeur russe Sergueï Kisliak. Parmi eux figurent les acteurs Tom Hanks et Keanu Reeves, ainsi que le personnage surnommé «Patient» (Zhdun, en russe), créature très chaleureusement accueillie par les internautes.

    L'image se termine par Sarah Jessica Parker qui s'approche des hommes assis sur un banc en lançant: « Qui est le dernier pour Kislyak? », une question souvent demandée en russe pour déterminer derrière qui on doit faire la queue.

    Récemment, Maria Zakharova a également «trollé» l'ambassadeur américain à Moscou John Tefft, le mettant en garde face au « danger » des contacts avec les diplomates russes.

    « J'entre au ministère et je croise l'ambassadeur des États-Unis à Moscou John Tefft qui en sort. "Vous vous exposez à un danger, en ayant des contacts avec les diplomates russes, et si CNN l'apprenait par hasard", ai-je dit au diplomate, en le saluant », a écrit Mme Zakharova sur sa page Facebook.

    Les contacts de l'administration du président américain Donald Trump avec des représentants russes, et notamment avec l'ambassadeur de Russie à Washington Sergueï Kisliak, ont provoqué une série de scandales retentissants aux États-Unis.

    Ainsi, le conseiller de Donald Trump à la sécurité nationale Michael Flynn a quitté son poste en février dernier au lendemain de la publication, dans le Washington Post, d'un article mentionnant une conversation téléphonique qu'il aurait eue en décembre avec M. Kisliak. Selon le journal, M. Flynn aurait alors évoqué le sujet des sanctions antirusses.

    Selon le même quotidien, le ministre américain de la Justice Jeff Sessions a rencontré à deux reprises l'an dernier l'ambassadeur russe à Washington. M. Sessions a admis avoir eu de tels contacts pendant la campagne mais en sa qualité de sénateur et non de représentant de la campagne de Donald Trump.

    Par ailleurs, le New York Times signale que le gendre du président Trump, Jared Kushner, haut conseiller à la Maison Blanche, a aussi rencontré l'ambassadeur russe aux États-Unis.

    Donald Trump a qualifié de « chasse aux sorcières » les appels à la démission de son ministre de la Justice dans l'affaire des contacts supposés de ce dernier et d'autres alliés avec des responsables russes.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Média US: l’affaire Flynn dévoile l’hypocrisie de la politique américaine
    Pris dans la tourmente médiatique, le conseiller de Trump Michael Flynn démissionne
    Zéro commentaires sur les contacts russes avec le gendre de Trump: explications
    Tags:
    ministère russe des Affaires étrangères, Jeff Sessions, John Tefft, Michael Flynn, Sergueï Kisliak, Maria Zakharova, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik