International
URL courte
23547
S'abonner

Les autorités et les habitants de ce pays balte sont prêts à résister à «l'agresseur» jusqu'à la fin. Bref, l'hystérie monte en Lituanie!

À en croire le correspondant de SkyNews John Sparks, qui a écrit un article après un voyage en Lituanie, les habitants de ce pays balte sont très préoccupés par leur voisin russe et surtout par cette frontière de 255 kilomètres qui les sépare de la région de Kaliningrad.

La Lituanie veut «récupérer» Kaliningrad: Moscou ironise
© Photo. AFP PHOTO / DPA / JENS WOLF / Sputnik, Igor Zarembo

Leur seul espoir est un mur de deux mètres qui sera bientôt érigé et les protègera d'une éventuelle agression. « Je pense que les gens vont se sentir plus en sécurité », lui a expliqué un garde-frontière lituanien.

D'ailleurs, certains habitants sont évidemment sceptiques quant à l'efficacité du mur et préfèrent s'armer que de se fier à l'armée. Selon John Sparks, il existe même une sorte de milice populaire qui est prête à faire face à l'« agresseur ». À titre d'exemple, on peut citer « l'Union des tireurs », organisation qui compte 10 000 membres à travers le pays.

« Nous sommes en constante augmentation. Il y a trois ans nous étions 50 à Vilnius, aujourd'hui nous sommes 3 000 », a indiqué au journaliste l'un des miliciens.

En plus, les autorités lituaniennes sont persuadées que la Russie mène une « guerre hybride » contre leur pays. Des preuves ? Un courriel anonyme envoyé à un parlementaire lituanien qui affirme que des soldats allemands ont violé une orpheline de 15 ans. Les autorités disent que l'email était un faux, pourtant cela ne les empêche pas d'y voir la Main du Kremlin qui cherche à séparer la Lituanie des autres membres de l'Otan.

« Les Lituaniens sont si choqués par la situation politique actuelle, qu'ils se préparent déjà à la guerre », conclut le journaliste.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

 

Lire aussi:

Coronavirus, en continu: aggravation de la crise aux États-Unis avec près de 1.200 morts en 24h
Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
«Plus rien ne sera jamais comme avant pour l'immobilier après le coronavirus»
Peut-on craindre un retour du Covid-19 après la pandémie actuelle? Un virologue répond
Tags:
SkyNews, Lituanie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook