Ecoutez Radio Sputnik
    Afrique du Sud

    Afrique du Sud: risque de conflit racial en cas d’expropriation des fermiers blancs

    © Photo. pixabay
    International
    URL courte
    14419

    Le président sud-africain Jacob Zuma nourrit l’idée de modifier la Constitution afin de confisquer les terres de tous les propriétaires fonciers blancs d’Afrique du Sud. Les descendants de fermiers européens ont pris ce projet très au sérieux et redoutent un «conflit racial».

    Le président d'Afrique du Sud Jacob Zuma demande au parlement de modifier la Constitution afin de pouvoir exproprier les propriétaires blancs de leurs terres sans aucun dédommagement.

    « Nous devons reconnaître le fait que ceux qui siègent au parlement, notamment les partis "noirs" doivent s'unir car il nous faut deux tiers des voix pour apporter des amendements à la Constitution », a déclaré le président, cité par le quotidien britannique The Telegraph.

    En vertu de la législation en vigueur en Afrique du Sud, les autorités sont obligées de payer une compensation en cas d'expropriation.

    Le parti au pouvoir, l'ANC, subit une pression de la part de la gauche radicale, plus particulièrement des Economic Freedom Fighters (Combattants pour la liberté économique). Leur chef de file, Julius Malema, connu pour ses propos incendiaires en faveur de l'expropriation des propriétaires blancs, a annoncé que son parti était prêt à soutenir l'ANC et a déclaré: « Peuple d'Afrique du Sud, si vous voyez une belle terre, prenez la, elle vous appartient ».

    Le président sud-africain déplore que 23 ans après la fin de l'apartheid, la minorité blanche continue de dominer l'économie.

    Jacob Zuma dément toute forme de haine à l'égard de la population blanche dans son programme économique. Bien au contraire, il prétend que les « compatriotes blancs participeront également à la création d'une société unie, non raciale et prospère ».

    Si le président sud-africain présente l'expropriation des Blancs sans compensation comme un pas vers la réconciliation raciale, les fermiers blancs évoquent de leur côté une aggravation du conflit ethnique. Le Conseil populaire des Boers-Afrikaners regroupant 40 000 personnes a fait savoir qu'il prendrait l'expropriation sans compensation pour une déclaration de guerre.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    25 ans après l’apartheid, l’Afrique du Sud compte 80 ghettos blancs
    Fin du commerce entre les USA et la République d'Afrique du Sud?
    En Afrique du Sud, on fait du shopping à cheval
    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Tags:
    conflit interethnique, expropriation, Julius Malema, Jacob Zuma, Afrique du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik