International
URL courte
4363
S'abonner

Les citoyens de six pays pourront entrer dans le pays s'ils prouvent que leur présence est dans l'intérêt des États-Unis.

Les personnes originaires du Soudan, de la Syrie, de l'Iran, de la Libye, de la Somalie et du Yémen ne sont pas autorisées à entrer aux États-Unis pendant 90 jours, selon le nouveau décret sur l'immigration, signé par le président américain Donald Trump.

Un nouveau décret sur l'immigration signé par le président Donald Trump interdit l'entrée du pays aux individus de six pays, en omettant l'Irak, qui a été inclus dans le texte du document précédant, signé en janvier, a déclaré lundi le département de la Sécurité intérieure (DHS).

Les autorités américaines ont également souligné que le nouveau décret sur l'immigration n'était pas une interdiction d'entrée pour les musulmans.

« Pour les 90 jours suivants, les ressortissants étrangers du Soudan, de la Syrie, de l'Iran, de la Libye, de la Somalie et du Yémen qui se trouvent en dehors des États-Unis à la date d'entrée en vigueur du décret, qui n'ont pas de visa d'entrée au 27 janvier 2017 à 5h00, heure de la côté est, ne seront pas admissibles aux États-Unis », indique le document officiel.

Le département de la Sécurité intérieure a aussi noté que le document entrerait en vigueur le 16 mars à 12h01 (5h01 GMT) et que « les citoyens irakiens ne sont pas touchés par l'ordre exécutif ».

Le décret du président ne s'applique pas aux résidents permanents légaux, à certains ressortissants étrangers et à certains titulaires de visa.

Selon le document, les réfugiés ne seront pas autorisés à entrer aux États-Unis pendant 120 jours.

« Le programme d'admission des réfugiés sera temporairement suspendu pendant les 120 prochains jours, tandis que le DHS et les partenaires inter-organismes examineront les procédures de contrôle afin d'assurer que les réfugiés admis dans l'avenir ne constituent pas une menace pour la sécurité des États-Unis », indique le texte.

D’après le décret, en 2017, Washington permettra à 50 000 réfugiés de venir dans le pays en comparaison à un chiffre de 110 000 réfugiés, prévu pour la même période par le président américain précédant, Barack Obama.

« En révisant le programme d'admission des réfugiés, les admissions de réfugiés aux États-Unis ne dépasseront pas 50 000 pour l’année fiscale 2017 », a annoncé le ministère de la Sécurité intérieure.

Le 27 janvier 2017, Donald Trump a signé la première version du décret « Sur la protection de la nation contre l'entrée de terroristes étrangers aux États-Unis ». Le document interdisait pendant trois mois l'entrée sur le sol américain de ressortissants de sept pays, à savoir l'Iran, l'Irak, le Yémen, la Libye, la Syrie, la Somalie et le Soudan. Le décret suspendait par ailleurs l'accueil de réfugiés sur le territoire américain pendant 120 jours et bloquait pour un délai indéterminé l'accueil de réfugiés en provenance de Syrie.

Le décret de Donald Trump a suscité de vives protestations aux États-Unis et de violentes critiques dans de nombreux pays. Plusieurs juges fédéraux américains ont bloqué son application, notamment dans les États du New York, de Californie et du Washington. Le ministère de la Justice a fait appel de cette décision, mais la procédure s'est éternisée et le décret a été, de fait, gelé.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

 

 

Lire aussi:

Trump signera de nouveaux décrets sur l’immigration
Trump promet de gagner le procès lié à son décret sur l’immigration
Les USA clarifient l'entrée des citoyens visés par le décret Trump sur l'immigration
Trump: la suspension du décret sur l’immigration par la justice US est «ridicule»
Tags:
législation migratoire, migration, département américain de la Sécurité intérieure, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook