International
URL courte
7711
S'abonner

Dire que les États-Unis ont entamé le déploiement du bouclier antimissiles THAAD en Corée du Sud en réponse aux nouveaux tirs de missiles auxquels a procédé lundi la Corée du Nord serait une erreur. Le déploiement a été programmé à l’avance et les tirs nord-coréens l’ont légèrement accéléré.

La Maison Blanche a évoqué le « déploiement des THAAD » suite au nouveau tir de missiles auquel Pyongyang a procédé dans la matinée du lundi 6 mars. Pourtant, les composants de THAAD sont arrivés en Corée dans la soirée du 6 mars, indépendamment des déclarations de la Maison Blanche.

Il s'ensuit que le déploiement des THAAD est conforme à un agenda établi par les militaires coréens et américains et ne dépend pas des tirs de missiles nord-coréens.

Ce mardi 7 mars, un porte-parole des forces américaines en Corée du Sud a communiqué à Sputnik par téléphone que l'arrivée des éléments de THAAD à la base aérienne d'Osan dans la province du Gyeonggi n'était pas en lien avec la déclaration de la Maison Blanche.

« Ce n'était qu'une étape du processus de déploiement des systèmes antimissiles conformément à l'accord entre la Corée et les États-Unis », a noté le porte-parole.

Pour des raisons de sécurité, il n'a pas voulu préciser à quelle heure les éléments du système sont arrivés, où ils étaient déposés, quels étaient ces éléments et quand ils seront transportés à la destination finale.
 
« Je ne peux rien dire d'autre sauf que les éléments de THAAD sont arrivés à Osan hier soir », a-t-il coupé court.

« La livraison de THAAD n'est aucunement liée à la situation politique actuelle, elle fait partie d'un plan établi par les parties. Ni la Maison Blanche, ni la présidence de la République de Corée n'ont à voir avec cela », a conclu l'officier.

Il est évident que si les composants de THAAD avaient été envoyés depuis la partie continentale des États-Unis pour arriver en Corée dans la soirée, le transport aurait dû partir avant l'annonce du « déploiement de THAAD » par la Maison Blanche.

Cependant, on ne saurait nier que la livraison pouvait être effectuée depuis une base située à proximité de la péninsule coréenne.

La Chine a vivement protesté contre le déploiement du système antimissiles américain THAAD en Corée du Sud, promettant de faire tout le nécessaire pour défendre ses intérêts de sécurité.

« Nous nous opposons vigoureusement au déploiement du système antimissiles américain THAAD en Corée du Sud. La Chine prendra résolument les mesures nécessaires pour défendre ses propres intérêts de sécurité. Les États-Unis et la Corée du Sud en subiront toutes les conséquences », a averti Geng Shyang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, pendant un point de presse.

Il a appelé les parties à cesser le déploiement et à « ne pas emprunter ce mauvais chemin ».

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a souligné, lors d'une rencontre avec son homologue sud-coréen Yun Byung-se en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité, qu'il était indispensable d'abandonner la politique de renforcement de la présence militaire dans la région. Le ministre russe a notamment évoqué la nécessité de régler la situation en privilégiant des moyens politiques et diplomatiques.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Les USA déploient les systèmes antimissiles THAAD en Corée du Sud (Vidéo)
Washington – Séoul – Tokyo, nouvelle alliance autour du THAAD?
Missiles THAAD: une pomme de discorde entre la Chine et le Japon
Deux morts et plus de 160 blessés dans l'effondrement d’une tribune dans une synagogue près de Jérusalem - vidéos
Tags:
protestations, déploiement, système antimissile THAAD, Geng Shuang, Sergueï Lavrov, États-Unis, Russie, Chine, Corée du Nord, Corée du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook