Ecoutez Radio Sputnik
    Les Coréens du Sud entre paradis et enfer après la destitution de leur présidente

    Les Coréens du Sud entre paradis et enfer après la destitution de leur présidente

    © Sputnik . Lee Sang-Hyun
    International
    URL courte
    Destitution de la présidente sud-coréenne (26)
    334
    S'abonner

    Une journée ensoleillée, où plusieurs saluaient la décision de la Cour constitutionnelle visant à destituer la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, a pris des allures d’enfer pour ses partisans, alors que des échauffourées ont fait plusieurs victimes, dont deux morts.

    La plus haute instance judiciaire de Corée du Sud a entériné ce vendredi la destitution de la présidente Park Geun-hye. À quelques centaines de mètres, séparés par d'imposants cordons de police, les soutiens de Mme Park étaient sous le choc.

    « Nous n'acceptons pas cette décision », a lancé Cho Bong-Am, 60 ans. « Nous allons descendre dans la rue pour lutter jusqu'au bout. »

    Des heurts ont éclaté entre la police et des partisans de la présidente sud-coréenne Park Geun-hye rassemblés devant la Cour constitutionnelle, alors que ces derniers tentaient de franchir les barricades de la police pour atteindre le tribunal.

    Les policiers ont bloqué la rue pour tenter de ramener le calme. Certains des manifestants ont tenté de franchir le barrage de cars de police. Ainsi, deux personnes ont été tuées lors des affrontements. Selon l'agence Yonhap, une des victimes avait 72 ans et aurait reçu de multiples blessures mortelles à la tête.

    La deuxième victime, âgée de 60 ans, a été retrouvée inconsciente près de l'entrée du métro Anguk. Après avoir été transportée à l'hôpital, elle est décédée malgré les efforts des médecins.

    Un vieillard coréen, apparemment fou de rage et hystérique, s'est assis sur l'asphalte froid, au beau milieu de la chaussée, avant d'être évacué.

    Un vieillard coréen assis sur l’asphalte froid
    © Sputnik . Lee Sang-Hyun
    Un vieillard coréen assis sur l’asphalte froid

    Une jeune femme, mains couvertes de sang, a tenu à témoigner à Sputnik: « J'étais contre la destitution, et dès que la décision du tribunal a été annoncée, je suis entrée en colère. »

    Pendant ce temps, non loin de tout ce tumulte infernal, les opposants de Park Geun-hye suivaient sur grand écran la diffusion du jugement de la Cour constitutionnelle sans retenir des larmes de joie.

    En contraste avec l'horreur qui faisait rage à quelques pas d'eux, là les gens s'embrassaient et souriaient, brandissant des bougies. On voyait des enfants jouer et rire devant le palais de Gyeongbokgung.

    des enfants jouer et rire devant le palais de Gyeongbokgung
    © Sputnik . Lee Sang-Hyun
    des enfants jouer et rire devant le palais de Gyeongbokgung

    Les édifices de la Cour constitutionnelle et du palais de Gyeongbokgung sont situés à 783 m l'un de l'autre. Ce jour-là, pour le peuple coréen qui venait pour la première fois de son histoire de destituer un président légitimement élu, cette distance était celle qui sépare le paradis de l'enfer.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Destitution de la présidente sud-coréenne (26)

    Lire aussi:

    Heurts suite à la destitution de la présidente sud-coréenne: des victimes
    Tags:
    destitution, émeutes, Park Geun-hye, Corée du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik