Ecoutez Radio Sputnik
    Miloš Zeman, président tchèque

    Le président tchèque prétend être un «agent de Poutine»

    © AFP 2018 Michal Cizek
    International
    URL courte
    13550

    Le président tchèque Miloš Zeman s’est qualifié de triple agent à la solde des présidents russe, chinois et américain. Juste pour rire...

    Lors d'une conférence de presse qui a eu lieu vendredi, un journaliste a reproché au président tchèque Miloš Zeman de sympathiser avec la Russie en général et avec son président en particulier. Pas le moins du monde embarrassé, le président a riposté avec humour à la provocation:

    « Je suis un agent de la Russie et du président russe Vladimir Poutine en personne. Je voudrais en outre ajouter que je suis aussi un agent du président chinois et forcément, du nouveau président américain. »

    M. Zeman occupe le poste de président depuis 2013. Il ne cache pas son admiration pour Donald Trump, souhaite que son pays entretienne des relations plus étroites avec la Russie et a dénoncé l'immigration « musulmane » en Europe.

    Pour rappel, le président en République tchèque ne gouverne pas mais dispose d'un certain poids politique. Il intervient dans le choix des représentants du pays auprès de l'Union européenne, dans la nomination du gouverneur de la banque centrale ou encore dans celle des ambassadeurs ou des juges de la Cour constitutionnelle.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Milos Zeman, un « pigeon » prêt à devenir un « faucon »
    Le président tchèque Milos Zeman pro-Poutine ?
    Zeman: les sanctions contre Moscou sont contreproductives
    Tags:
    Donald Trump, Milos Zeman, Vladimir Poutine, République tchèque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik