Ecoutez Radio Sputnik
    Immigration: un journaliste US explique les aspects positifs du décret Trump

    Et si le décret de Trump sur l’immigration était de nouveau bloqué?

    © REUTERS / Carlos Barria
    International
    URL courte
    5317

    Alors que le nouveau décret sur l’immigration signé par Donald Trump doit entrer en vigueur le 16 mars, la bataille judiciaire afin de contester le nouveau document est engagée par plusieurs États américains. Dans une interview accordée à Sputnik, le politologue Stephen Wasby calcule les chances du document d’être bloqué.

    Le nouveau décret sur l'immigration signé par Donald Trump lundi dernier est une forme atténuée de la version du 27 janvier qui avait provoqué une vague de critiques dans le monde et avait été suspendue le 3 février par un juge fédéral de Seattle. Cette fois-ci, plusieurs États américains se sont aussi engagés dans une bataille judiciaire contre ce nouveau décret.

    Le politologue Stephen Wasby, professeur de l'Université d'Albany, dans une interview accordée à Sputnik, calcule les chances de ce décret d'être de nouveau bloqué.

    « Pour le moment le processus est à un stade précoce. Ils veulent obtenir une interdiction préliminaire, comme la dernière fois. S'ils parviennent à le faire (…), le processus démarrera et de vifs débats concernant les positions du nouveau décret auront lieu », indique Stephen Wasby.

    Alors que le procureur général de New York estime que le nouveau décret est « la même interdiction faite aux musulmans, mais sous un autre nom », qui « essaye de réaliser les mêmes buts illégaux et non-constitutionnels », Stephen Wasby avoue que le document a plus de valeur du point de vue juridique.

    « On l'a amélioré. C'est, en majeure partie, un document juridique de valeur. Dès le début, l'administration aurait dû le préparer de cette façon, et non publier une première version hâtive pour que le président puisse faire une nouvelle déclaration dans l'esprit de sa campagne », estime l'expert.

    Tout en admettant les possibilités de « différences importantes » entre les deux versions du décret, certains États américains, plusieurs grandes organisations de défense des droits civiques et des réfugiés, ainsi que des particuliers ont annoncé le dépôt d'un recours en justice contre ce décret, qui sera examiné le 15 mars à la veille de son entrée en vigueur.

    Lundi, Donald Trump a signé un nouveau décret « Sur la protection de la nation contre l'entrée de terroristes étrangers aux États-Unis » en remplacement du décret précédent touchant le même sujet et qui a été suspendu par la cour de justice.

    Un nouveau décret sur l'immigration signé par le président Donald Trump, qui entrera en vigueur le 16 mars, interdit l'entrée sur le territoire américain aux individus de six pays, à savoir l'Iran, le Yémen, la Libye, la Syrie, la Somalie et le Soudan mais pas de l'Irak, qui était inclus dans le texte du document précédent signé en janvier, a déclaré lundi le département de la Sécurité intérieure (DHS). Les six autres pays concernés sont les mêmes que dans la version de janvier.

    Les autorités américaines ont également souligné que le nouveau décret sur l'immigration n'était pas une interdiction d'entrée pour les musulmans. Le décret du président ne s'applique pas aux résidents permanents légaux, à certains ressortissants étrangers et à certains titulaires de visa.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Trump signe un nouveau décret sur l'immigration
    La justice US refuse de suspendre le décret sur l’immigration
    Trump: «Nous avons besoin d’une interdiction d’entrée pour certains pays dangereux»
    Tags:
    immigration, décret, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik