Ecoutez Radio Sputnik
    Une image de l'exposition Displaced accompagnée de l'emblème de l'ambassade britannique à Kiev

    Exposition sur la crise en Ukraine à Paris: «bonne mais hypocrite»

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    9303

    Paris a accueilli une exposition en plein air consacrée aux personnes déplacées en Ukraine. Selon un écrivain et humanitaire franco-serbe, Nikola Mirkovic, c’était une bonne idée de rappeler qu’il y a une guerre en Ukraine, alors qu’on ne fait que parler de la Syrie, mais la façon de présenter les faits «s’apparente à de la propagande».

    Les organisateurs de l'exposition sur les déplacés de la crise en Ukraine, qui s'est tenue à Paris début mars, ont bien fait de parler de la guerre civile dans ce pays, mais ils ont traité le sujet d'une manière unilatérale et hypocrite, a déclaré à Sputnik Nikola Mirkovic, écrivain et humanitaire à l'association Vostok France-Solidarité Donbass.

    « Rappeler qu'il y a une guerre, qu'il y a des déplacés, c'est forcément une bonne chose […]. Mais cela s'apparente beaucoup plus à de la propagande qu'à de l'information : il n'y a qu'une face qui est montrée. On ne nous montre que le sujet des déplacés ukrainiens qui ont décidé de rester dans le pays, et on oublie complètement de mentionner les nombreux Ukrainiens qui sont partis en Pologne, et les presque un million de personnes du Donbass […] qui sont parties en Russie. Il n'y a aucune mention de ces réfugiés. C'est complètement hypocrite », a indiqué Nikola Mirkovic.

    Selon lui, le fait que l'exposition ait été financée par l'ambassade britannique à Kiev fait songer à la volonté de certains pays de s'ingérer dans la crise ukrainienne.

    « Vous avez là un gouvernement, qui fait partie de l'Otan, qui est en train de mettre de l'huile sur le feu en montrant un camp comme l'agresseur et l'autre camp comme la victime. Cette vision manichéenne ne fait pas honneur à la diplomatie britannique, c'est extrêmement maladroit et ça ne va certainement pas favoriser la paix », a-t-il ajouté.

    L'ambassade britannique à Kiev et le British Council, qui ont initié et financé le projet, n'ont pour l'instant pas donné suite aux demandes d'interview envoyées par Sputnik.

    En plus, les organisateurs de l'exposition auraient dû donner la parole aux représentants des deux camps « parce que quand on s'intéresse aux réfugiés, on s'intéresse à l'ensemble des mouvements », a estimé M. Mirkovic.

    L'exposition photo en plein air intitulée « Displaced. 12 histoires de l'Ukraine » et consacrée aux personnes déplacées en Ukraine s'est tenue sur la place de la République à Paris du 28 février au 9 mars derniers. Ses organisateurs avaient pour mission de faire la lumière sur la dure existence des déplacés, et pourtant les histoires ne concernaient que des personnes sélectionnées.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Ukraine: une exposition photo sur la guerre s'ouvre en Allemagne
    Une exposition photo sur les événements en Ukraine a été ouverte par Rossiya Segodnya à Berlin
    Ukraine: l'exposition "Fratricide: une chronique en images" s'ouvre à Moscou
    Tags:
    réaction, guerre civile, exposition, Displaced. 12 histoires de l'Ukraine (exposition à Paris), Vostok France-Solidarité Donbass, Nikola Mirkovic, Ukraine, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik