Ecoutez Radio Sputnik
    Cultivos de coca

    La Bolivie se dresse pour défendre sa nouvelle loi sur la feuille de coca

    © REUTERS/ Jaime Saldarriaga
    International
    URL courte
    244570

    Promulguée la semaine dernière par le président bolivien, la loi doublant la surface de culture légale de la feuille de coca a suscité une véritable polémique: l’opposition a considéré qu’une telle mesure ne ferait que favoriser le trafic de drogues. Cependant, le parti au pouvoir rassure: le texte prévoit des poursuites pénales pour le trafic.

    La loi autorisant d'augmenter considérablement la surface de culture légale de la feuille de coca — de 12 000 à 22 000 hectares — ne risque pas d'inciter au trafic illicite de drogue, son texte prévoyant en outre des poursuites pénales pour l'utilisation des feuilles de cette plante à cette fin, a explicité dans une interview à Sputnik Victor Morales, membre du comité technique du parti bolivien au pouvoir Mouvement vers le socialisme.

    « La loi accorde suffisamment de pouvoirs dans le domaine des poursuites pénales et des sanctions relatives à la culture du coca. Si quelqu'un s'en sert à d'autres fins, il sera immédiatement poursuivi », a-t-il déclaré sur les ondes de Sputnik.

    Le texte de la loi rend en outre plus facile la confiscation des biens de personnes et de groupes d'individus impliqués dans l'utilisation illicite de cette plante, notamment dans la production de cocaïne.

    Victor Morales assure que la nouvelle loi répond aux objectifs d'une longue lutte de la société bolivienne pour que le coca soit reconnu comme faisant partie des coutumes de ce pays et que dans sa forme naturelle cette plante n'est pas un stupéfiant.

    « Nos frères, impliqués dans la production des feuilles de coca, voudraient que cette plante soit reconnue officiellement, car depuis des temps immémoriaux l'acullico [la mastication de la feuille de coca, ndlr] a une grande importance pour la culture de nos ancêtres », a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    Commentant les critiques émanant de l'opposition, M. Morales a assuré qu'il s'agissait d'une loi « conciliée avec la population du pays ».

    « L'opposition n'est pas un facteur significatif car ils ne sont jamais d'accord avec quoi que ce soit », a ajouté M. Morales.
    Dans le but d'expliciter les détails de la nouvelle loi promulguée par le président Evo Morales, une délégation bolivienne présidée par le premier ministre de ce pays latino-américain, Carlos Romero, se rend ce 13 mars à Vienne pour prendre part à la 61e session de la Commission des stupéfiants de l'Onu.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Bolivie : un haut fonctionnaire contrôlant la vente légale de coca arrêté
    La Bolivie commence à fabriquer des produits à partir de la coca
    L'ONU dépénalise la coca en Bolivie
    Tags:
    trafic de drogue, plantation, loi, cocaïne, coca, ONU, Evo Morales, Bolivie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik