Ecoutez Radio Sputnik
    Selon George Soros, l’UE est une «union dysfonctionnelle»

    Les ONG de Soros irritent de plus en plus l'Europe

    © AP Photo / Kevin Wolf
    International
    URL courte
    20962
    S'abonner

    Bien que certains pays européens adoptent des mesures en vue de restreindre les activités des ONG américaines sur leur territoire, il est peu probable que Washington renonce à ses tentatives d'«exporter la démocratie», estime un analyste russe.

    Plusieurs pays européens, à savoir la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, se montrent ouvertement hostiles à l'égard des organisations non-gouvernementales financées par les États-Unis. Les groups liés au milliardaire US George Soros suscitent leur irritation majeure, le premier ministre hongrois Viktor Orban et le président tchèque Milos Zeman ayant récemment accusé ces organisations de s'ingérer dans les affaires intérieures des pays concernés.

    Cependant, il est peu probable que Washington renonce à ses tentatives d'«exporter la démocratie» et d'imposer son agenda aux pays étrangers par le biais de ces organisations, estime Anatoli Petrenko de l'Académie de la Gestion sociale.

    « Il s'agit d'une méthode très commode d'exporter la démocratie. Il se peut qu'une certaine transformation ait lieu, ou que ces organisations adoptent des méthodes plus sophistiquées », a indiqué le chercheur dans un entretien avec Sputnik.

    Selon lui, il faut prendre avec pincettes les déclarations selon lesquelles ces organisations ne sont aucunement liées au gouvernement US. « Ce que font ces ONG, tout cela nécessite de l'argent, et elles reçoivent cet argent depuis le budget », affirme M. Petrenko.

    Auparavant, le président américain Donald Trump avait promis que les États-Unis n'imposeraient plus leur système politique à d'autres pays. D'après l'interlocuteur de l'agence, les dirigeants européens considèrent ces déclarations comme un message à leur destination.

    « Il semble qu'ils aient interprété ces propos comme un message selon lequel ils pouvaient freiner les activités de ces organisations dans leurs pays respectifs. Pourtant, il reste à voir ce qu'ils vont en faire », explique l'analyste.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Crise migratoire: George Soros vole au secours de l'UE
    L’apocalypse selon George Soros : une «philanthropie» diabolique
    L’élection de Trump a coûté un milliard de dollars à Soros
    Tags:
    démocratie, ONG, ingérence, Anatoli Petrenko, Viktor Orban, Milos Zeman, George Soros, République tchèque, Pologne, Hongrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik