International
URL courte
201517
S'abonner

Le Conseil constitutionnel a validé les parrainages du candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon. Le hasard – ou pas – a fait qu’à l’heure actuelle leur nombre s’élève à 666, fait qui suscite de vives réactions des internautes qui postent leurs commentaires sur les réseaux sociaux.

Peu de temps avant la présidentielle en France, le Conseil constitutionnel a officiellement approuvé la candidature de Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France Insoumise. À l'heure où nous écrivons ces lignes, le nombre de parrainages en sa faveur a atteint la barre diabolique de 666 (il pourrait cependant en recevoir bien d'autres prochainement).

​Ce fait ne pouvait pas passer inaperçu et les internautes s'en sont donné à cœur joie.

​Pour certains il s'agit d'un signe symbolique envoyé par le ciel pour prévenir d'une catastrophe.

​Certains estiment que le candidat de la France insoumise s'est parrainé lui-même!

​Quoi qu'il en soit, les amateurs de hard rock sont plutôt contents, ce chiffre mystique est pour eux un super coup de pub!

​À ce jour, huit autres candidats ont vu leurs 500 parrainages (ou plus) validés par le Conseil constitutionnel, et ont donc le feu vert pour se présenter à la présidentielle. Il s'agit de François Fillon, d'Emmanuel Macron, de Benoît Hamon, de Nicolas Dupont-Aignan, de Nathalie Arthaud, de Marine Le Pen, de François Asselineau et donc de Jean-Luc Mélenchon.

La France est engagée actuellement dans une longue période électorale. L'élection présidentielle française de 2017 aura lieu les 23 avril et 7 mai. Les Français se rendront aux urnes pour élire le président du pays pour un mandat de cinq ans.

Lire aussi:

Minutes d'antenne sur BFMTV: Macron = Fillon + Hamon + Mélenchon + Le Pen
Mélenchon sera candidat et ne se retirera pas au profit d'Hamon
Mélenchon «insoumis», est-il prêt au rassemblement?
Mélenchon: il faut arrêter la guerre et faire une coalition universelle
Tags:
Jean-Luc Mélenchon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook