Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed VI

    Le roi du Maroc nomme un islamiste nouveau Premier ministre. Quid de la démocratie?

    © AFP 2017 ALAIN JOCARD
    International
    URL courte
    162583624

    Le roi du Maroc a nommé vendredi l'islamiste Saad-Eddine El Othmani nouveau Premier ministre, pour tenter de former un gouvernement après cinq mois de blocage. Sputnik a réussi à joindre dans la foulée Kader Abderrahim, chercheur à l’IRIS et spécialiste du Maghreb, pour discuter des répercussions majeures de la destitution de son prédécesseur.

    Cinq mois après la nette victoire, aux législatives marocaines, du Parti de la justice et du développement (PJD), un parti musulman-conservateur souvent décrit comme islamiste, le roi Mohammed VI a annoncé qu'il démettait le Premier ministre de ses fonctions.

    En cause, le fait qu'Abdelilah Benkirane n'ait pas réussi, depuis sa réélection en octobre dernier, à constituer une majorité au Parlement et à former un gouvernement. Il sera remplacé par l'islamiste Saad-Eddine El Othmani, psychiatre de formation et figure du Parti justice et développement (PJD, islamiste), dont il a été secrétaire général de 2004 à 2008.

    Où en est donc la démocratie au Maroc depuis les concessions de la nouvelle constitution, adoptée en 2011 dans la foulée des printemps arabes, et quelle est la situation politique actuelle du pays? Sputnik a réussi à interviewer sur ce sujet Kader Abderrahim, chercheur à l'IRIS, maître de conférences à Sciences Po Paris et spécialiste du Maghreb.

    D'après le chercheur, le roi a décidé de démettre le Premier ministre Abdelilah Benkirane parce que celui-ci n'est pas parvenu à « former un gouvernement et que le PJD s'opposait à la nomination comme ministre des Finances d'Aziz Akhannouch, très proche du palais mais aussi un homme d'affaires prospère ».

    Les islamistes, souligne-t-il, ne voulaient pas de cette personnalité au gouvernement parce qu'ils considéraient que cela pourrait provoquer un « conflit d'intérêts entre ses affaires et son rôle de ministre ».

    Toujours est-il que la décision de Mohammed VI de remplacer unilatéralement son Premier ministre élu était « constitutionnelle », relève-t-il.

    « Le roi peut à tout moment renvoyer son Premier ministre et le gouvernement. […] Le remplaçant du Premier ministre doit tout de même être issu de la même majorité que celle qui est sortie des urnes. »

    Concernant l'aspect démocratique de la monarchie constitutionnelle marocaine, le chercheur fait remarquer que le roi reste de toute manière « l'arbitre et le centre du jeu politique » et que son rôle est perçu comme celui d'une « personnalité qui ne peut pas être dans la mêlée politicienne ».

    D'après lui, il n'y a pas de doute sur le fait que le PJD au pouvoir est un parti islamiste ayant un projet politico-religieux pour le Maroc.

    « S'il a gagné pour la seconde fois les élections, c'est qu'il a une assise sociale suffisamment importante dans le royaume. […] Le programme du PJD, c'est essentiellement d'assainir la vie publique, c'est la moralisation de la vie publique, c'est l'exemplarité politique », conclut-il.

    Rappelons qu'après la victoire du PJD lors des élections législatives de 2011, Saad-Eddine El Othmani a été désigné ministre des Affaires étrangères, en janvier 2012. Il a cédé son poste en octobre 2013 après un remaniement gouvernemental. Président du conseil national du PJD depuis 2008, M. El Othmani était pressenti par une partie de la presse locale comme le favori pour remplacer M. Benkirane.

    À la tête du gouvernement depuis la victoire historique de sa formation islamiste dans le sillage des Printemps arabes en 2011, le secrétaire général du PJD avait été reconduit dans ses fonctions par le roi au lendemain du scrutin législatif du 7 octobre 2016, remporté une nouvelle fois par le PJD. Il n'est toutefois pas parvenu à former une coalition majoritaire, malgré des mois d'intenses et interminables tractations.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    L’interdiction de la burqa au Maroc, un message aux salafistes
    Les islamistes modérés remportent les législatives au Maroc
    Les Bleus habillés chez le couturier d'un roi du Maroc

    Lire aussi:

    Maroc: le PJD islamiste en plein questionnement
    La date du référendum sur le régime présidentiel en Turquie dévoilée
    Survivante du Printemps arabe, la monarchie marocaine de nouveau menacée
    Nouveau prince héritier saoudien? «Le retour du schéma habituel»
    Arabie saoudite: le fils du roi promu au rang de prince héritier
    Tags:
    destitution, islamistes, Mohammed VI, Maghreb, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik