Ecoutez Radio Sputnik
    Google

    Google s'excuse pour des vidéos jugées extrémistes

    © Flickr/ Kristina Alexanderson
    International
    URL courte
    158661

    Plusieurs annonceurs ont reproché à Google la diffusion de publicités accompagnant des contenus «controversés». Nombre d'entre eux ont déjà suspendu leurs annonces sur Google. Le géant américain a présenté ses excuses.

    Le président de Google Europe a présenté lundi les excuses du géant de l'Internet pour avoir laissé s'afficher des messages publicitaires accolés à des vidéos au contenu haineux notamment sur YouTube, au moment où de nombreuses entreprises britanniques comme Marks & Spencer et HSBC suspendent leurs annonces sur les sites du moteur de recherche en Grande-Bretagne.

    « Je voudrais présenter nos excuses à nos partenaires et annonceurs qui ont vu leurs publicités apparaître auprès de contenus controversés. Nous prenons très au sérieux nos responsabilités pour ces problèmes », a expliqué Matt Brittin, président de Google pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, dans un communiqué.

    Google est au cœur d'une polémique en Grande-Bretagne depuis la fin de la semaine dernière, après la publication d'un article du Times affirmant que des publicités d'un nombre notable de grandes entreprises et organisations avaient été publiées auprès de contenus extrémistes sur des plateformes du géant américain de l'Internet, dont YouTube. Parmi ces messages controversés figurent des propos défendant le viol, des termes antisémites et des prêches incitant à la haine, selon le Times.

    Un nombre important de grandes entreprises, dont les banques RBS et HSBC, McDonald's, Marks & Spencer ou encore les groupes de médias BBC et Guardian ont retiré leurs publicités de Google.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Orange bloque Google et Wikipédia pour «apologie du terrorisme»
    Google déclare la guerre à Daech
    «Menace sans précédent»: comment Google manipule les électeurs du monde entier
    Tags:
    extrémisme, Google, Matt Brittin
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • JM
      On revient toujours à la même question : qui est en droit de juger les contenus sur internet ? Il faut que ce soit la loi qui règle cette question, et non un comité de censure qui choisisse de diffuser uniquement ce qui plait aux annonceurs.
      On voit ici que le poids des annonceurs publicitaires peut contraindre Google à modifier son référencement, alors que ce sont bien les annonceurs qui sont intrusifs et viennent nous imposer leurs contenus que nous n'avons pas demandé.
      Si ces annonceurs veulent quitter Google, internet ne s'en portera que mieux.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)