Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau britannique devant le Big Ben à Londres

    Brexit: Londres refuse de payer la «facture du divorce» de 60 mds EUR

    © AFP 2019 Justin Tallis
    International
    URL courte
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)
    22592

    Dans le cadre des discussions portant sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE, lancées après que Theresa May a confirmé son intention d’activer l'article 50 du Traité de Lisbonne, Londres annonce qu’il n’acceptera pas de payer la facture de presque 60 milliards d’euros présentée par Bruxelles.

    Le chancelier de l'Échiquier du gouvernement britannique, Philip Hammond n'accepte pas les demandes de Bruxelles de payer 50 milliards de livres sterling (57,5 mds EUR) pour la sortie du pays de l'Union européenne, informe le journal Telegraph ce mardi 21 mars.

    Selon les informations, le gouvernement de Theresa May refuse de payer un tel montant pour le Brexit et a l'intention de limiter la facture à trois milliards de livres (3,45 mds EUR). S'exprimant ce week-end, M. Hammond a accusé Bruxelles d'« avoir surestimé » sa position avant les négociations.

    La facture de presque 60 milliards d'euros inclut, en particulier, la part du Royaume-Uni dans les engagements au titre des retraites, les garanties de prêts et les dépenses pour des projets britanniques.

    Précédemment, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avait averti que, pour sa volonté de quitter l'UE, Londres devrait payer une facture « très salée ».

    Ivan Rogers, ancien représentant permanent du Royaume-Uni auprès de l'Union européenne, avait déclaré que le Brexit allait faire exploser une « bombe » dans le budget de l'UE et que Bruxelles chercherait à récupérer de l'argent du Royaume-Uni.

    Lors d'un référendum qui s'est tenu au Royaume-Uni en juin 2016, la majorité des Britanniques se sont prononcés pour la sortie de l'UE. La Chambre des communes a ensuite approuvé un projet de loi sur le Brexit. La Première ministre britannique Theresa May, qui a obtenu le consentement de la reine Élizabeth II, veut activer l'article 50 du Traité de Lisbonne d'ici fin mars.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)

    Lire aussi:

    GB: les Lords adoptent un amendement qui retarde le Brexit
    Le parlement britannique donne son feu vert au Brexit
    Les ministres britanniques annulent leurs voyages à l'étranger en vue du Brexit
    Le Brexit reçoit la bénédiction officielle de Sa Majesté la reine
    Tags:
    traité de Lisbonne (2007), négociations, économie, Brexit, Union européenne (UE), Theresa May, Philip Hammond, Bruxelles, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik