International
URL courte
5413
S'abonner

L’histoire de la mise sur écoute du Président américain Donald Trump continue à faire couler d’encre. Le président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis a déclaré que M. Trump aurait été mis sur écoute «par hasard» et que ce fait n’était pas lié à la Russie.

Le président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis Devin Nunes a affirmé que les agences de renseignement américaines avaient intercepté des communications de Donald Trump et de membres de son équipe avant son investiture entre novembre 2016 au janvier 2017 « par hasard ».

« J'ai vu des rapports des services des renseignements qui démontrent bien que le Président élu et son équipe avaient été surveillés mais ce fait n'a rien à voir avec une quelconque investigation », a déclaré M. Nunes.

D'après lui, les informations collectées ne comportent pas de preuves selon lesquelles M. Trump ou ses employés auraient eu des liens avec la Russie.

« Ce que j'ai lu m'a inquiété et je pense que cela doit inquiéter aussi le Président et son administration car je pense que la surveillance n'a pas été menée correctement », a rajouté M. Nunes.

De même, le président de la commission du renseignement a annoncé qu'une enquête serait ouverte pour élucider cette affaire et déterminer si des personnes étaient au courant de cette surveillance casuelle du nouveau Président et si elles avaient, le cas échéant, ordonné de garder cette information secrète.

De son côté, le chef d'État américain a commenté les déclarations de M. Nunes, estimant qu'il cette enquête permettrait de rassembler des preuves contre l'ex-Président Barack Obama, qu'il soupçonne depuis longtemps.

« Je suis très reconnaissant pour ce qu'ils [les services secrets, ndlr] ont trouvé », a affirmé M. Trump aux journalistes.

Le nouveau locataire de la Maison-Blanche a également affirmé qu'il était persuadé du fait qu'il avait raison lorsqu'il affirmait avoir été mis sur écoute bien avant son investiture officielle.

Auparavant, sur fond de scandale concernant la mise sur écoute de M. Trump et de son administration, M. Nunes avait déjà déclaré que les écoutes en question avaient eu lieu entre le 8 novembre et le 20 janvier, soit avant l'investiture du Président, et qu'elles étaient absolument légales.

Plus tôt, M. Trump avait accusé son prédécesseur, Barack Obama, d'avoir placé sur écoute son QG à la Trump Tower, à New York, où il travaillait et habitait avant son investiture. L'ex-hôte de la Maison-Blanche a rejeté ces accusations.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Aucune preuve de mise sur écoute du QG de Trump, selon la commission du renseignement US
«Nul doute, on nous écoute»
Les USA essaient de mettre Poutine «sur écoute»? Le Kremlin intéressé
Un ex-procureur général US confirme que Trump a été mis sur écoute
Mise sur écoute de Trump: le président US fait allusion au Watergate et Nixon
Trump mis sur écoute par Obama? Un porte-parole de l’ex-président dément
Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute avant la présidentielle
Les services de renseignement US ont mis sur écoute l’ambassadeur russe à Washington
Trump, président sous écoute? La Maison Blanche enquête
Tags:
Devin Nunes, Donald Trump, États-Unis, Washington
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook