International
URL courte
12357
S'abonner

L’opinion de sa fille revêt une importance de taille pour le président américain. Autrement, elle n’aurait pas reçu un bureau à la Maison-Blanche. Sans occuper de poste officiel ni toucher de salaire, Ivanka Trump consultera son père sur un large éventail de questions, selon Politico.

Ivanka Trump est habituée à l'attention soutenue du public. Cette jeune femme d'affaires à succès de 35 ans a reçu une excellente instruction et a fait une carrière brillante dans l'entreprise de son père. Mais son installation à la Maison-Blanche pose la question de savoir quelle sera son influence sur la prise de décisions politiques du président des États-Unis et combien forte sera la réprobation suscitée par cette influence à la lumière des attaques incessantes menées contre Donald Trump.

Le rédacteur en chef de la revue « La Russie dans la politique mondiale », Fiodor Loukianov, signale qu'aux États-Unis le népotisme n'est pas un sujet reproché aux hommes politiques parce que l'élite politique est fondée sur le principe des clans dynastiques. Il suffit de se rappeler les Clinton, les Bush ou les Kennedy. Hilary Clinton est devenue sénatrice aussitôt après que son mari a quitté la Maison-Blanche, où a tenté elle-même de s'y installer plus tard.

« Si cela n'est pas contraire à la loi et n'est pas lié à la corruption, Trump a le droit de nommer n'importe qui comme conseiller. Il ne fait pas de doute que le président sera tancé à ce propos, mais ce sera le résultat de la partialité et sans lien avec les raisons réelles », signale M. Loukianov.

Ivanka Trump a joué un rôle clé lors de la campagne électorale de son père. Et celui-ci la place au-devant de la scène politique parce qu'il est obligé de travailler dans un entourage hostile auquel il ne fait pas confiance.

« Comme un authentique homme d'affaires, Donald Trump préfère se fier à ses proches aussi bien en tant que partenaires d'affaires que sur le plan de la parenté. Ivanka Trump est une jeune femme dynamique qui possède sa propre vision sur diverses questions et sait se conduire en public. Beaucoup estiment qu'elle est, en effet, très bien formée et qu'elle est préparée au rôle de première dame qu'elle joue, de fait, surtout après le refus de Melania Trump de s'installer à Washington », note Fiodor Loukianov.

Ivanka a d'ailleurs joué ce rôle avec brio lors de réceptions officielles et pendant des rencontres avec des chefs d'État étrangers. Elle a notamment participé, à la grande surprise de tout le monde, aux rencontres de son père avec le premier ministre japonais Shinzo Abe et la chancelière allemande Angela Merkel.

La jeune fille réussit à nuancer les durs propos de son père, ce qui prouve qu'elle peut influer sur lui. Elle a notamment persuadé Trump de ne pas revoir les modalités de participation des États-Unis à l'accord de Paris sur le climat.

Le président américain ne cesse de louer sa fille. Sur Twitter, il a exprimé son admiration pour la conduite de sa fille sur fond du scandale lié au refus d'une enseigne de vendre la marque Ivanka Trump.

« Malgré toutes les attaques et la mauvaise attitude des médias, elle va de l'avant, tête haute », a écrit son père sur Twitter.

Ivanka Trump n'est pas l'unique exemple d'une fille qui poursuit l'œuvre de son père.

La présidente actuelle du Front national Marine Le Pen, fille cadette du fondateur du FN Jean-Marie Le Pen, est parvenue à transformer son parti en une force politique sérieuse et actuellement l'un des principaux favoris de la course électorale française.

Sur l'espace post-soviétique, la fille du feu président ouzbek Islam Karimov, Goulnara, ne peut pas se féliciter d'autant de succès. Sa montée en puissance politique a été rapidement interrompue en 2014, le parquet de l'Ouzbékistan ayant ouvert à son encontre une enquête pour détournement de fonds publics.

L'Orient a ses propres histoires, tantôt heureuses, tantôt pas tellement, de transition du pouvoir de père en fils. Dans les deux Corées, pays aux systèmes politiques diamétralement opposés, le pouvoir appartient ou appartenait aux représentants de dynasties politiques. Au Nord, c'est Kim Jong-un, fils de l'ancien dirigeant nord-coréen Kim Jong-il et petit-fils du premier dirigeant du pays et fondateur du parti communiste nord-coréen, Kim Il-sung. Au Sud, c'est Park Geun-hye, la fille du président Park Chung-hee, qui a dirigé d'une main de fer des réformes pro-occidentales. Cette dernière dynastie a toutefois été interrompue : Park Geun-hye ayant tout récemment été forcée de démissionner suite à un scandale de corruption.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Ivanka Trump aura accès à des informations classées à la Maison-Blanche
Un regard de Merkel décoché à Ivanka Trump qui a bien fait tweeter...
Ivanka Trump fait changer d’avis son père sur l’Accord de Paris sur le climat
Le désir de promotion à tout prix a coûté à un ex-gendarme sa liberté, à Chartres
Tags:
première dame, présidence américaine, Islam Karimov, Park Geun-hye, Park Chung-hee, Kim Jong-un, Kim Jong-il, Kim Il-sung, Donald Trump, Ivanka Trump, Washington, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook