Ecoutez Radio Sputnik
    Une délégation allemande débarque en Crimée «pour voir la situation réelle»

    Une délégation allemande débarque en Crimée «pour voir la situation réelle»

    © Sputnik . Andreï Iglov
    International
    URL courte
    24404
    S'abonner

    Après les délégations française, italienne et américaine, c’est au tour de la délégation allemande de se rendre en Crimée pour voir de ses propres yeux la situation actuelle sur le terrain.

    Le chef de l'autonomie culturelle allemande de Crimée Iouriï Gempel a déclaré qu'une délégation allemande était arrivée aujourd'hui pour constater la situation réelle dans la péninsule.

    « La délégation se compose de 10 personnes. Elle regroupe davantage des hommes d'affaires impliqués dans l'immobilier, ainsi que des hommes politiques du niveau régional — ce sont des députés du parti de gauche. Au terme de leur visite, nos hôtes, après avoir obtenu une information objective, pourront exprimer leur propre avis sur la situation en Crimée, sur ce qui se passe ici », a-t-il souligné.

    Dans le cadre de sa visite, la délégation se familiarisera avec les curiosités de Yalta et de Sébastopol. Elle négociera également avec le président du Parlement de la péninsule, Vladimir Konstantinov. La rencontre est prévue dans la ville de Simferopol.

    « Chaque délégation allemande qui visite la Crimée agit d'abord avec beaucoup d'appréhension. Elle arrive ici quasi convaincue d'y voir des hostilités, des discriminations fondées sur l'origine nationale. Pourtant, lorsqu'elles quittent la Crimée, leur opinion change habituellement du tout au tout », a martelé M. Gempel.

    De plus en plus de politiciens européens viennent dans la péninsule voir de leurs propres yeux que la Crimée n'est pas « occupée », qu'elle prospère et que les droits des citoyens sont respectés. Récemment, une délégation internationale composée de députés européens, de politiciens de l'UE, de la CEI et d'Amérique latine — soit une vingtaine de personnes au total — a visité la Crimée afin de voir comment la situation évoluait dans la région et ce qui avait changé depuis sa réunification avec la Russie.

    Auparavant, des parlementaires italiens ont rendu une visite en Crimée. C'est sur le cri de « Vive la Crimée » qu'ils ont débuté leur séjour en visitant une curiosité de la ville de Simferopol.

    Plus tôt, une délégation de parlementaires français dirigée par le député de l'Assemblée nationale Thierry Mariani a également visité la Crimée. Lors de la visite, ce dernier a exprimé l'opinion selon laquelle si la Crimée n'était pas rattachée à la péninsule, cette région serait actuellement une scène de combats acharnés, tout comme la région du Donbass.

    Au mois de juin dernier, une délégation américaine dirigée par la présidente du Centre des initiatives citoyennes (CCI) Sharon Tennison est aussi venue dans la péninsule de Crimée.

    « Je suis très flattée par cette rencontre (…). Nous sommes venus ici parce que nous voulons construire de bonnes relations entre nos deux pays », a-t-elle expliqué.

    La Crimée et la ville de Sébastopol ont adhéré à la Russie suite au référendum sur le statut de la péninsule organisé le 16 mars 2014. Au cours de ce référendum, 96,77 % des habitants de la Crimée et 95,6 % des habitants de Sébastopol se sont prononcés pour la réunification avec la Russie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Eurovision: l'Ukraine veut vérifier qu'aucun participant n'a visité la Crimée
    Des députés européens n’ont trouvé aucun signe d’occupation en Crimée
    Des députés européens en visite en Crimée
    «Le retour de la Crimée à la Russie a sauvé les Criméens»
    Tags:
    délégation, parlementaires, visite, Sébastopol, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik