Ecoutez Radio Sputnik
    Fukushima

    Les dosimètres russes Soeks pris d'assaut au Japon

    © AFP 2017 TORU HANAI
    International
    URL courte
    32123191

    Après la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, les Japonais ont été pris de court, faute de compteurs mesurant le taux de radioactivité dans l'air, et les dosimètres russes Soeks sont tombés à pic sur le marché nippon, a raconté à Sputnik le directeur régional de Soeks Japan, Mikhaïl Mozjetchkov.

    On pourrait penser qu'après les bombardements nucléaires d'Hiroshima et de Nagasaki, les Japonais ne se sépareraient pas de leurs compteurs Geiger individuels, mais il n'en est rien en réalité, a déclaré à Sputnik Mikhaïl Mozjetchkov.

    « En réalité, la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima a pris au dépourvu les Japonais, car il n'y avait tout simplement pas à l'époque d'appareils de mesure des radiations en vente libre », a constaté l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler que la société russe Soeks livrait ses dosimètres sur le marché japonais depuis la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima en mars 2011.

    « Notre production a été vite appréciée, et les clients se sont littéralement rués sur les dosimètres Soeks, de sorte que les commerçants se sont vite retrouvés en rupture de stock », a indiqué le responsable.

    Il l'explique notamment par la qualité des Soeks qui sont à la fois des appareils individuels de mesure des radiations et des testeurs de nitrate. Qui plus est, ces boîtiers sont très faciles à manier.

    Pendant que des milliers d'ouvriers et d'ingénieurs s'appliquent à atténuer les conséquences de la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima, les militants locaux envisagent d'en faire un lieu touristique afin d'en conserver la mémoire pour les générations futures. Ils ne cachent pas que l'idée leur est venue des tours organisés dans la zone de Tchernobyl. Mais bien qu'en 30 ans, le taux de radiation à Tchernobyl ait diminué de moitié, les médecins avertissent qu'il est dangereux d'y rester longtemps.

    La conclusion s'impose d'elle-même : que ce soit à Fukushima ou à Tchernobyl, on ne pourra absolument pas se passer du dosimètre individuel !

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Des sangliers sauvages envahissent Fukushima
    Un trou découvert sous un réacteur de la centrale Fukushima
    Comment Tchernobyl et Fukushima sont devenus des attractions touristiques
    Tags:
    catastrophe naturelle, centrale nucléaire, centrale nucléaire de Fukushima, Soeks Japan, Mikhaïl Mozjetchkov, Fukushima, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik