International
URL courte
18748
S'abonner

Les nouvelles sanctions à l’encontre de huit entreprises russes seraient une initiative de l’administration de Barack Obama adoptée en toute fin de mandat, trois jours avant l’investiture de Donald Trump.

La décision d'imposer de nouvelles sanctions contre huit entreprises russes a été prise à la fin du mandat de Barack Obama, a confié à Sputnik un représentant du Département d'État des États-Unis.

« La décision a été prise par le Département d'État le 17 janvier 2017 (…) et par la suite réexaminée par la nouvelle administration avant d'être transmise au Congrès », a précisé la source.

Pour rappel, l'investiture de Donald Trump a eu lieu à Washington le 20 janvier.

Les États-Unis ont imposé des sanctions contre huit entreprises russes en invoquant la loi américaine sur la non-prolifération des armes de destruction massive qui concerne la Syrie, l'Iran et la Corée du Nord.

La nouvelle liste de sanctions comprend, entre autres, Rosoboronexport, agence russe d'exportation d'armements, l'agence Aviaexport, spécialisée dans l'exportation de produits aéronautiques, le Bureau d'étude de construction de machines Bazalt, chargé de la production de différentes munitions de guerre, ainsi que l'Académie d'aéronautique Joukovski et Gagarine.

D'après le site du Département d'État, les sanctions ont été introduites le 21 mars, mais n'ont été annoncées que le 24 mars. Dans le communiqué officiel, on lit qu'« il s'agit de 30 entreprises étrangères et de citoyens de 10 pays ». Ces sanctions visent en particulier la Chine et les Émirats arabes unis.

Pourtant, la source au sein du Département d'État n'a pas précisé en quoi consistaient les accusations visant la Russie.

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les nouvelles sanctions imposées par Washington ne causent aucun dommage grave mais suscitent de la déception.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

L'argument solide de Wikileaks justifiant les accusations de Trump contre Obama
Trump réagit au clip de Snoop Dogg: sous Obama, ce serait la prison!
Obama accusé d’ingérence dans les présidentielles à l’étranger
Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Tags:
sanctions, Congrès des États-Unis, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook