Ecoutez Radio Sputnik
    La réconciliation entre Turcs et Kurdes est-elle possible ?

    Les Kurdes veulent avoir une structure autonome, mais au sein de la Syrie

    © Photo: AP (archive)
    International
    URL courte
    342212
    S'abonner

    Les représentants des partis d’opposition au parlement turc commentent pour Sputnik l’information sur une éventuelle entente entre les États-Unis et les forces kurdes sur la création d’un État indépendant kurde en Syrie après la reconquête de Raqqa et de Tabqa par les Unités kurdes de protection du peuple (YPG).

    Le Parti républicain du peuple turc (CHP) ne soutient pas l'initiative américaine visant à démembrer la Syrie et à créer sur son territoire un État kurde indépendant, a déclaré à Sputnik le député de ce parti Mevlüt Dudu.

    « L'initiative de l'Amérique est un projet impérialiste. […] Le Parti républicain du peuple n'a qu'un seul objectif concernant la Syrie qui se résume comme suit : la garantie de la paix en Syrie et la sauvegarde de son intégrité territoriale », a souligné l'interlocuteur de l'agence.

    Le vice-président du Parti d'action nationaliste (MHP) Mehmet Günal a fait part à Sputnik de ses préoccupations face à l'information sur l'interaction des États-Unis et des forces kurdes en Syrie.

    « L'information [sur une entente entre les États-Unis et les Kurdes sur la création d'un État kurde, ndlr] nous préoccupe. J'espère que cette information est fausse. […] Ce projet risque de violer l'intégrité territoriale de la Syrie. Par conséquent, sa réalisation est parfaitement inacceptable », a martelé M. Günal.

    Le vice-président du Parti démocratique des peuples (HDP), Hisyar Özsoy, a relevé à Sputnik qu'on ne savait pas au juste de quoi il s'agissait dans ces négociations entre acteurs sur le territoire syrien, ces discussions étant menées à huis clos dans la plupart des cas.

    « Une chose est claire. […] L'État syrien ne pourra sauvegarder son intégrité territoriale sans la création d'une structure autonome. Et les Kurdes déclarent vouloir se trouver au sein de la Syrie dans le cadre d'une certaine structure autonome. La Turquie est la seule force qui complique la situation par ses actions. Nous espérons qu'Ankara ne tardera pas à se rendre compte des réalités actuelles et finira par abandonner la voie de la confrontation avec les Kurdes pour s'engager dans celle de la coexistence pacifique et de la coopération avec ces derniers. Ce serait la meilleure solution tant pour la Turquie elle-même, que pour la Syrie, l'Irak et tout le monde », a conclu l'interlocuteur de l'agence.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Séparatisme kurde: l'armée turque refuse le dialogue (état-major)
    La Russie coopérera avec les USA et les Kurdes pour libérer Raqqa
    Kobané: les Kurdes affirment échanger des renseignements avec les USA
    Tags:
    Kurdes, parlement, opposition, Parti démocratique des peuples (HDP) turc, Parti d'action nationaliste (MHP), Parti républicain du peuple turc (CHP), Sputnik, Hisyar Özsoy, Mehmet Günal, Mevlüt Dudu, Irak, Syrie, États-Unis, Tabqa, Raqqa, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik