Ecoutez Radio Sputnik
    Heurts à Paris: réputée calme, «la communauté chinoise ne tolère pas l’injustice»

    Heurts à Paris: réputée calme, «la communauté chinoise ne tolère pas l’injustice»

    REUTERS/Gonzalo Fuentes
    International
    URL courte
    723975458

    Après que la police a tué un Chinois à Paris, suivi de heurts devant un commissariat, Pékin a demandé à la France d'assurer la sécurité de «ses ressortissants». Quelles suites aura cette affaire? Un syndicaliste de la police et un spécialiste de la Chine analysent pour Sputnik la situation.

    Après la mort la veille d'un chinois, tué par un policier dans le XIXe arrondissement de Paris et les manifestations qui s'en sont suivies, Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a transmis mardi 28 mars les protestations de Pékin et « exigé » que Paris fasse « toute la lumière sur cette affaire » afin « d'assurer la sécurité et de veiller au respect des droits » de ses ressortissants.

    « C'est une goutte d'eau qui vient s'ajouter à un contexte général où la communauté chinoise se sent en danger », puisque « c'est une communauté qui vit généralement calmement et qui se fait agresser dans les rues de Paris », estime Pierre Picquart, géopolitologue et spécialiste de la Chine, interrogé par Sputnik.

    Selon M. Picquart, la demande portée par la Chine à la France de protéger ses ressortissants amène à deux réflexions : d'une part, la Chine, se considérant comme une grande puissance, estime qu'elle a les moyens de faire pression sur les différents gouvernements du monde pour que soit respectée la sécurité de ses concitoyens. Cependant, poursuit l'expert, on sait très bien qu'il y a déjà eu d'autres affaires impliquant des chinois, comme cecar de touristes chinois qui avait été attaqué :

    « Donc c'est un avertissement aux autorités françaises de porter plus d'attention à la communauté chinoise qui globalement se distingue par son calme. […] Mais elle ne tolère pas l'injustice, quelle qu'elle soit », explique M. Picquart.

    D'après lui, compte tenu du fait que ce n'est pas la première fois qu'un fait divers prend une tournure diplomatique, cette fois-ci la réaction de la communauté chinoise a été véritablement très rapide, ce qui est censé signifier à la France qu'elle doit « faire plus attention dans le respect des règles du droit pour les Chinois qui vont manifester, et de mener une enquête à ce propos ».

    En ce qui concerne les conséquences diplomatiques qui peuvent découler de cette affaire, notamment pour le climat des relations sino-françaises, d'après le géopolitologue, « ce n'est qu'un avertissement de la part de la Chine ». Ainsi, en réponse à la déclaration chinoise, il y a eu des communiqués français qui disent que la sécurité des Chinois en France est une priorité :

    « Il ne faut pas penser que cet événement pourrait altérer le climat des bonnes relations franco-chinoises qui perdurent actuellement. […] La Chine s'internationalise et c'est la volonté du gouvernement d'assurer la sécurité de ses ressortissants outre-mer. Je pense que la France fait pareil. »

    D'après Loïc Lecouplier, secrétaire national adjoint du syndicat de police Alliance, même si c'est évident que la communauté chinoise « aimerait avoir une réponse très rapide sur ce qui s'est passé réellement », « il faut laisser aux enquêteurs le temps de faire leur travail, et qu'ils informent la famille, plutôt que de tomber dans l'émotionnel ».

    « Au-delà de la BAC [Brigade anti-criminalité, ndlr] qui dit avoir agi en cas de légitime défense, je tiens à rappeler que l'IGPN [Inspection générale de la Police nationale, ndlr] ainsi que le parquet se sont déplacés sur les lieux, et ont eux-mêmes admis que la légitime défense semblait plausible. Maintenant, l'enquête se poursuit », a-t-il estimé.

    Contactée par Sputnik, l'Association des jeunes Chinois de France (AJCF) a préféré ne pas s'exprimer à ce sujet pour l'instant, « afin de préserver l'avancement de l'enquête dans de bonnes conditions, et selon la volonté de l'avocat de la famille de la victime. »

    Une manifestation a dégénéré lundi soir devant le commissariat du 19e arrondissement de Paris. Quelque 150 à 200 personnes, majoritairement issues de la communauté chinoise, s'étaient rassemblées pour protester contre la mort d'un père de famille d'origine chinoise, abattu dimanche 26 mars par la police. Une voiture de police a été incendiée et trois agents ont été blessés légèrement.

    La veille, Shaoyo Liu a été tué chez lui par la police dans des circonstances qui restent à éclaircir : selon les forces de l'ordre, qui intervenaient pour un « différend familial », il s'agit de légitime défense, mais selon la famille de la victime, il s'agit d'une bavure violente, puisque la BAC serait entrée violemment dans l'appartement et aurait tiré sans sommation.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Chinois tué à Paris: 35 interpellations suite à une manifestation
    Chinois tué par la police: Pékin demande à Paris de protéger ses ressortissants
    Paris: rassemblement de la communauté chinoise dans le 19e arrondissement
    Tags:
    communauté, manifestation, Chine, Paris, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik