Ecoutez Radio Sputnik
    Le rassemblement parisien suite au meurtre d'un Chinois par la police

    Moscou vs Paris: deux manifs, deux couvertures différentes dans la presse mainstream

    © AFP 2018 Geoffroy Van Der Hasselt
    International
    URL courte
    61333

    Le rassemblement parisien suite à la mort d'un Chinois par la police, qui a dégénéré en violents affrontements et multiples interpellations, semble peu intéresser les médias mainstream. Par contre, la manifestation organisée un jour plus tôt à Moscou par l'opposition russe y a occupé un espace médiatique beaucoup plus vaste.

    Deux manifestations, deux couvertures différentes. Près de 8 000 personnes sont sorties dimanche 26 mars dans les rues de Moscou pour rejoindre une manifestation non-autorisée anti-corruption, suivie d'interpellations, y compris de l'un des organisateurs, Alexeï Navalny. Lundi, un rassemblement spontané de 150 à 200 personnes s'est formé autour du commissariat du 19e arrondissement à Paris pour rendre hommage au ressortissant chinois Shaoyo Liu tué par un policier à son domicile. Mardi soir, près de 500 personnes se sont réunies autour du commissariat.

    Dans les médias mainstream, la préférence est manifeste : le rassemblement de Moscou a été couvert en détail, a fait l'objet des commentaires d'experts et des chroniques d'auteurs, alors que les heurts violents de Paris se sont contentés d'une couverture plus modeste.

    Deux jours après la manifestation violente en la mémoire d'un Chinois abattu par un policier, la chaîne CNN reste muette, la recherche sur le site ne donnant aucun résultat en 2017 pour les mots clés Paris, protests, Chinese. La BBC a pour sa part publié, au lendemain du rassemblement à Paris, un article intitulé « Des heurts à Paris après le meurtre d'un Chinois par la police française », accompagné d'un reportage de BFM TV et de commentaires de témoins accordés au Parisien. Dans un article daté de ce mercredi, la chaîne ABC donne un bref aperçu des violences de lundi et de mardi et évoque des dizaines d'interpellations.

    Ceci sur fond d'un flot de publications, riches en détails, qui ont suivi sans retard la manifestation non-autorisée anti-corruption qui s'est déroulée dimanche à Moscou, ainsi que la détention de l'un de ses organisateurs, l'opposant russe Alexeï Navalny. Les médias mainstream n'ont pas lésiné sur les mots pour critiquer l'interpellation de ce dernier : « Les USA condamnent l'arrestation du leader de l'opposition russe Alexeï Navalny », a titré NBC. Entre-temps, la chaîne a choisi de passer sous silence le meurtre du Chinois.

    Malgré l'aspiration à une position non-biaisée, le déséquilibre dans les couvertures des manifestations à Paris et à Moscou semble assez révélateur.

    Quant à la presse française, elle a consacré quelques lignes à la description des événements de lundi et de mardi dans la capitale. Le plus intéressant, c'est l'angle : si, dans le cas du rassemblement à Moscou, les médias ont mis l'accent sur les interpellations, ils ont préféré une façon plutôt neutre pour évoquer les manifestations à Paris.
    Ainsi, France 24, faisant partie de France Médias Monde financé par l'État français, titre « Violente confrontation à Paris après la mort d'un homme, abattu par la police » et encore « Chinois tué à Paris: Pékin sermonne la France ». Les interpellés étant mentionnés dans le background, sans y attirer beaucoup d'attention.

    La même couverture, neutre et prudente, est observée dans la version russe de RFI (également une partie du holding France Médias Monde) et sur BFM TV.

    Des médias germanophones, tels que Süddeutschen Zeitung, Focus Online, Handelsblatt, Deutsche Welle, ont parlé des rassemblements parisiens marqués de violences, mais dans le Spiegel, Bild, ARD et Zeit, silence. Dans le même temps, la manifestation non autorisée à Moscou a fait le tour des médias allemands, saisie comme une occasion de promouvoir le mythe de la « méchante Russie ».

    Dans la presse portugaise, même tendance : tandis que peu de médias ont publié des matériaux sur les heurts à Paris, l'action moscovite a été minutieusement couverte, suivie de commentaires et des chroniques d'auteurs.

    Lundi soir, un rassemblement spontané de 150 à 200 personnes autour du commissariat du 19e arrondissement à Paris a débouché sur 35 interpellations. Trois policiers ont été légèrement blessés. Un véhicule de police a été brûlé, ainsi que trois automobiles appartenant à des particuliers. Un deuxième rassemblement de la communauté chinoise au même endroit tenu mardi soir s'est soldé par des violences, les policiers ayant recouru aux gaz lacrymogènes.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Heurts à Paris: réputée calme, «la communauté chinoise ne tolère pas l’injustice»
    Ressortissant chinois tué à Paris: bilan du nouveau rassemblement
    Simonian: «la manifestation de Moscou sur-représentée dans les médias occidentaux»
    Lavrov qualifie de «double standard» la réaction de l’Occident sur la manif à Moscou
    Tags:
    médias mainstream, journalisme, manifestation, Alexeï Navalny, Moscou, Paris, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik