Ecoutez Radio Sputnik
    Soldat turc. Image d'illustration

    L'opération en Syrie couronnée de succès, Ankara engagera-t-il une campagne à Raqqa?

    © AFP 2018 MUSTAFA OZER
    International
    URL courte
    Offensive de l'armée turque dans le nord de la Syrie (2016) (43)
    11513

    Le Bouclier de l'Euphrate étant «couronné de succès», la Turquie envisage-t-elle de prendre part à l'offensive sur Raqqa et lancera-t-elle de nouvelles opérations sur le sol syrien? Pour apporter des réponses à ces questions, Sputnik s'est adressé à un expert militaire syrien.

    Mercredi, le Conseil national de sécurité turc a annoncé que l'opération Bouclier de l'Euphrate, engagée en août dernier dans le nord de la Syrie, avait été « couronnée de succès », sans toutefois préciser si Ankara entendait retirer ses troupes de ce pays proche-oriental. Peu après cette déclaration, le Premier ministre du pays a fait savoir que l'État turc n'excluait pas de nouvelles opérations militaires si sa sécurité était menacée. Afin de mieux comprendre les projets d'Ankara en Syrie, notamment savoir si elle envisageait de lancer une offensive sur Raqqa, Sputnik s'est adressé à l'expert militaire Abdullah Agar.

    Comme l'estime M. Agar, l'opération dans le nord de la Syrie terminée, la Turquie cherchera à lancer dans un premier temps de « nouvelles initiatives visant à garantir la sécurité nationale, à lutter contre le terrorisme et à consolider le système unitaire du pays ». Une nouvelle opération dans la région ? Un scénario tout à fait possible, toutefois, « il vaut mieux attendre et voir comment se développera la situation ».

    Quant à l'offensive contre Raqqa, « capitale syrienne » de Daech, elle sera évoquée lors de la visite du secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, en Turquie.

    « Le chef de la diplomatie américaine est en visite en Turquie. L'opération à Raqqa est au menu des négociations américano-turques. Dès le début, l'État turc s'est opposée à la tenue de cette opération par les forces de l'YPG. En outre, Ankara refuse de prendre part à une opération conjointement avec des Kurdes car ceci signifierait qu'elle reconnaît leur légitimité », a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    L'armée aurait pu mieux faire en l'absence des Kurdes

    Dressant le bilan de l'opération dans le nord de la Syrie, au cours de laquelle l'armée turque a libéré des terroristes de Daech, selon le Conseil national de sécurité, 2 015 km2 de territoire, l'expert s'est montré assez réservé. Il a rappelé que l'objectif que s'était fixée la Turquie était de nettoyer 5 000 km2.

    « Nous n'avons pas réussi à accomplir d'une façon exhaustive la tâche qu'on s'était fixée dans le cadre de l'opération Bouclier de l'Euphrate suite au soutien accordé au Parti des travailleurs du Kurdistan [PKK, interdit en Turquie, ndlr] et aux Unités de protection du peuple (YPG). […] Les troupes turques n'ont pas réussi à mener à bien leurs projets dans la région de Manbij », a-t-il fait savoir.

    Et de rappeler que les objectifs de l'opération étaient bien concrets : la Turquie cherchait à éliminer la menace « émanant aussi bien des PKK et YPG que de Daech » le long de la frontière et à créer une zone sécurisée afin d'y placer 3,5 millions de réfugiés.

    La Turquie a empêché le morcellement de la Syrie

    L'expert estime que le Bouclier de l'Euphrate a permis de préserver l'intégrité territoriale de la Syrie. « Si un couloir kurde était créé dans la région, il serait aujourd'hui impossible d'évoquer l'organisation unitaire de l'État syrien », a-t-il pointé.

    L'armée turque a lancé l'opération Bouclier de l'Euphrate contre les terroristes de Daech en Syrie le 24 août 2016. Les unités turques et leurs alliés de l'opposition syrienne ont pris le contrôle de la ville frontalière de Jarablous et de la ville d'Al-Bab. Recep Tayyip Erdogan avait antérieurement déclaré que l'opération turque en Syrie avait pour objectif de libérer une région frontalière de 5 000 km2 et d'y créer une zone de sécurité destinée à accueillir les réfugiés.

    L'État turc ayant agi sans l'aval de Damas, les autorités syriennes ont accusé Ankara d'avoir violé la souveraineté de leur pays.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Offensive de l'armée turque dans le nord de la Syrie (2016) (43)

    Lire aussi:

    L’armée turque élimine 51 djihadistes dans le nord de la Syrie
    L’opération russo-turque en Syrie, un pas important vers le règlement du conflit
    Défense syrienne: les opérations US et turque en Syrie sont une intervention militaire
    Tags:
    sécurité nationale, offensive, Unités de protection populaire kurdes (YPG), Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Raqqa, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik