Ecoutez Radio Sputnik
    Alep, Syrie.

    Le départ d’Assad n’est plus une priorité des États-Unis en Syrie

    © REUTERS/ Omar Sanadiki
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (printemps 2017) (181)
    651814333

    L’attitude de Washington sur l’avenir politique du président Bachar el-Assad a évolué à en croire les deux déclarations faites ce jeudi. Quant à Paris et à Londres, ils ne sont toujours pas prêts à revenir sur leur position.

    Le départ du Président Bachar el-Assad ne fait plus partie des priorités des États-Unis en Syrie, a déclaré l'ambassadrice des États-Unis à l'Onu Nikki Haley.

    « Quand vous regardez la situation, il faut changer nos priorités, et notre priorité n'est plus de rester assis là, à nous concentrer sur faire partir Assad », a-t-elle déclaré citée par l'AFP.

    Plus tôt dans la journée de jeudi, le secrétaire d'État américain Rex Tillerson, en visite officielle à Ankara, avait fait entendre que c'était au peuple syrien de décider de l'avenir de Bachar el-Assad.

    Si Washington annonce de lui-même l'assouplissement de sa position sur la Syrie, celle de pays comme la France et le Royaume-Uni reste la même à en juger par les déclarations des ambassadeurs à l'Onu de ces deux États.

    François Delattre a ainsi rappelé que la France avait à maintes reprises déclaré que Bachar el-Assad ne pouvait pas faire partie de l'avenir du pays.

    Quant à Matthew Rycroft, il a déclaré qu'Assad « ne pouvait pas être un leader capable d'unir la Syrie. Il doit quitter son poste dans le cadre de la période de transition et du règlement politique que nous tentons d'obtenir par le biais des négociations ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Dossier:
    Situation en Syrie (printemps 2017) (181)

    Lire aussi:

    Député français: «pas de solution en Syrie sans le président Assad»
    Plans US pour Raqqa: selon Assad, toute opération non-autorisée est une invasion
    Assad: la coalition dirigée par les USA n’a jamais réellement lutté contre le terrorisme
    Assad fait fi des menaces israéliennes de détruire ses systèmes sol-air
    Tags:
    règlement, négociations, paix, ONU, François Delattre, Matthew Rycroft, Nikki Haley, Bachar el-Assad, États-Unis, Royaume-Uni, France, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik