International
URL courte
16312
S'abonner

Le FBI et la NSA ont déclaré lundi n’avoir aucunes données confirmant l’influence réelle du Kremlin sur le dénouement de l’élection présidentielle dans quelque État américain que ce soit. Au demeurant, le FBI compte créer une unité spéciale pour mettre les points sur les i dans cette chasse aux hackers sans précédent.

Le FBI envisage de créer une unité spéciale chargée exclusivement de l'enquête sur la soi-disant « ingérence russe » dans les élections présidentielles aux États-Unis, écrit le journal The Financial Times.

L'unité, poursuit le quotidien, visera en premier lieu à procurer des ressources supplémentaires au directeur du FBI, James Comey, ainsi qu'à assurer une coordination centrale de l'enquête en cours.

Le bureau central de l'unité sera installé au quartier-général du FBI à Washington et devrait débuter ses travaux le mois prochain, si tout va comme prévu.

On s'attend à ce que la nouvelle unité soit contrôlée par un spécialiste du contre-espionnage, qui s'occupera d'informer chaque semaine M. Comey sur le travail accompli et de faire tous les jours un rapport à ce sujet au directeur-adjoint du FBI, Andrew McCabe.

L'unité, qui comprendra environ 20 employés, examinera également la possibilité d'ouvrir une procédure pénale à la suite des constations formulées par le FBI. Au demeurant, beaucoup sont ceux qui doutent que cette initiative se solde par un succès, compte tenu de la difficulté de ressembler des éléments de preuve du côté russe.

Pour rappel, durant la première audience publique sur la prétendue intervention de la Russie dans la présidentielle américaine, les directeurs du FBI et de la NSA ont témoigné devant une commission permanente du Congrès des États-Unis ne pas avoir de preuves de l'influence russe sur le dénouement de l'élection américaine.

Dans le même temps, le président américain Donald Trump a déjà confirmé cette information en publiant un message sur son compte Twitter:

« La NSA et la FBI ont déclaré devant le Congrès que la Russie n'avait pas influencé le processus des élections. »

Auparavant, les responsables américains avaient accusé la Russie d'avoir mené des cyberattaques sur les systèmes informatiques des organisations politiques américaines afin d'influencer les résultats de l'élection présidentielle. À cet égard, l'administration Obama avait imposé des sanctions contre certains individus et entreprises russes.

Moscou a nié les accusations, les qualifiant d'infondées. Le président Donald Trump a promis que les autorités procédaient à une nouvelle enquête sur ce sujet. Le comité sur le renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis s'en occupe en parallèle.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Un ministre antisubversion pour protéger Londres contre les "hackers russes"
Le parquet allemand veut enquêter sur une possible base de hackers de la CIA à Francfort
Washington a torpillé les tests de missiles nord-coréens à l'aide de hackers
Tags:
FBI, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Andrew McCabe, James Comey, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook