Ecoutez Radio Sputnik
    Saint-Pétersbourg et médias: l’inégalité face à la terreur

    Saint-Pétersbourg et médias: l’inégalité face à la terreur

    © Sputnik. Aleksandre Tarasenko
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    Explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg (53)
    3019731118

    Au lendemain de l’attentat de Saint-Pétersbourg, plusieurs médias occidentaux n’ont pas hésité à faire part de leurs doutes concernant la nature de l’explosion ou encore de leurs craintes quant à une possible réaction des autorités défavorable à l’opposition. Une réaction qui témoigne plus d’un deux poids deux mesures que d’un réel esprit critique.

    Une fois n'est pas coutume, nos homologues occidentaux nous ont rappelé qu'il existe en ce bas monde de bons et de mauvais complots. Au lendemain de l'explosion qui a entraîné la mort de 14 personnes, et blessé une soixantaine d'autres, dans le métro de Saint-Pétersbourg, plusieurs médias ont fait part de leurs réserves quant à l'origine de l'explosion ou encore de leurs craintes quant aux conséquences qu'un énième tour de vise du « régime » de Vladimir Poutine pourrait avoir pour l'opposition.

    Depuis hier, si la plupart des médias ont présenté de manière factuelle les faits, relayant les condamnations et messages d'empathie des responsables politiques français en campagne, d'autres ont poussé leur sens critique un peu plus loin, comme Slate, qui se pose la question « Quelles leçons Vladimir Poutine tirera-t-il des explosions dans le métro de Saint-Pétersbourg ? ». Pour le journal en ligne américain — qui ne manque pas de rappeler le prix particulièrement lourd payé par la population russe depuis le milieu des années 90 en termes d'attentats — c'est l'opposition interne en Russie qui risquerait fort d'en faire les frais, qui plus après plusieurs manifestations anticorruptions particulièrement relayées dans les médias occidentaux.

    Des médias critiques vis-à-vis de la posture officielle, en cela il n'y a rien à redire, voilà justement une qualité qu'on attend de ceux qui se targuent d'être le quatrième pouvoir et même parfois encore d'être indépendants. Néanmoins, on s'étonne que celle-ci ne s'exprime que dans certains cas de figure, tout comme Ingrid Riocreux, agrégée de lettres modernes et docteur de l'Université Paris-Sorbonne, auteur de La Langue des médias : Destruction du langage et fabrication du consentement (Editions du Toucan, mars 2016):


    « Ce qu'on peut constater c'est une forme de présomption de manipulation à géométrie variable qui est tout simplement liée à une grille de lecture préconçue des événements et qui est défavorable — par principe — à Vladimir Poutine. »

    Si elle n'entend pas prendre la défense de Vladimir Poutine, bien au contraire, elle s'étonne que ce principe ne soit pas appliqué par nos médias aux autres chefs d'État, notamment occidentaux « On est vraiment dans l'angélisme, dans la naïveté, voir dans la manipulation médiatique » s'inquiète Ingrid Riocreux.

    Mais la palme revient à la BBC, les médias anglophones n'étant pas en reste. Hier après-midi, dans les premières heures après l'explosion, sur une retransmission en direct, la correspondante de la chaîne britannique Sarah Rainsford, lancée par une question quelque peu ambiguë du présentateur, n'a pas hésité à suggérer qu'il puisse s'agir d'une « opération sous faux drapeau » afin de détourner l'attention du public des manifestations anticorruptions.

    « Je vais peut-être vous surprendre, mais c'est le seul moment où nos médias adoptent une saine distance critique vis-à-vis des sources officielles de l'information, » assène Ingrid Riocreux en guise de provocation. Elle relève néanmoins un double standard flagrant si on compare la couverture de l'attentat de Saint-Pétersbourg avec de précédentes attaques sur le sol européen, où toute remise en cause des annonces des autorités était à exclure.

    « On ne peut pas envisager l'hypothèse qu'ils aient pu examiner cette possibilité après l'attentat de Londres et si quelqu'un avait émis le même genre d'hypothèse — d'un l'attentat sous faux drapeau — alors nos médias auraient crié à la théorie du complot et auraient sévèrement condamné le simple fait qu'on puisse envisager cette lecture des choses. »

    Autre point, afin de soutenir ses dires, la correspondante de la BBC fait référence à de « brefs commentaires » sur des « médias libéraux », qu'elle se garde bien de citer. Pour Ingrid Riocreux, la question qui se pose est celle de la sélection des sources dans de telles circonstances.

    « Ils ne savent rien, car les choses vont trop vite, donc ils vont se contenter de relayer des rumeurs, des hypothèses diffusées par certaines sources et pas d'autres. Finalement, cela nous en dit beaucoup plus que la lecture des choses que nous proposent les médias d'emblée. »  

    Mais ce qui interpelle le plus Ingrid Riocreux, c'est le choix des mots employés par les médias français pour présenter les faits même de manière factuelle. Un vocabulaire qui témoigne d'après elle d'une « distance extrêmement marquée » avec les sources d'information, ne manquant pas là encore de comparer :

    « Dans le cas de l'attentat de Londres, on parle de "terroriste présumé", c'est le vocabulaire juridique qui s'impose, alors que dans le cas de Saint-Pétersbourg on parle "d'un éventuel terroriste", AFP, on dit que l'attentat est "attribué à un kamikaze kirghize" ou alors qu'"un kamikaze kirghize a été désigné comme l'auteur de l'attentat", là c'est BFMTV. »

    Un choix d'autant plus intéressant que ce matin même, ce sont les services secrets kirghizes eux-mêmes qui ont affirmé que l'attaque avait été commise par l'un de leurs ressortissants, originaire de la région d'Och. Le Kirghizstan, une ex-république soviétique majoritairement peuplée de musulmans et jouissant notamment d'un accord de libre circulation avec la Russie dans le cadre de la Communauté économique eurasiatique.

    « Donc on a ces expressions "attribué a", "désigné comme", qui sont des prises de distance très marquées par rapport à la thèse officielle, alors que par exemple pour les attentats de Londres on disait "le terroriste a été identifié. »

    Si plusieurs médias tiennent à voir dans cet attentat les failles de la politique sécuritaire de Vladimir Poutine, comme par exemple le Huffington Post, dans les colonnes du Figaro, l'écrivain et ancien diplomate russe, Vladimir Fedorovski, fait quant à lui une toute autre analyse tendant à démontrer la volonté des terroristes de toucher Vladimir Poutine en frappant Saint-Pétersbourg au moment même où il s'y trouvait. Saint-Pétersbourg, ville natale du président. St-Pétersbourg, ville martyre du nazisme avec lequel Poutine a toujours comparé le terrorisme islamiste. À cette analyse, L'Express ajoute le "caractère occidental" de l'ancienne capitale russe, bâtie par Pierre le Grand dans une volonté d'ouverture à l'Occident.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg (53)

    Lire aussi:

    Trump et Poutine: «Le terrorisme doit être définitivement et rapidement vaincu»
    Explosion de St-Pétersbourg: le bilan revu à la hausse
    Saint-Pétersbourg: Lavrov dénonce un «attentat ignoble»
    Des fleurs et des bougies en mémoire des morts dans le métro de Saint-Pétersbourg
    Tags:
    Ingrid Riocreux, Saint-Pétersbourg
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik