Ecoutez Radio Sputnik
    La province syrienne d'Idlib

    Damas bombarde à Idlib un entrepôt d’armes chimiques de terroristes

    © AFP 2017 Al-Maarra Today/Ghaith Omran
    International
    URL courte
    886572827

    Au lendemain d’une attaque chimique ayant coûté la vie à des dizaines de civils dans la province d’Idlib, l’aviation syrienne a frappé un entrepôt terroriste abritant des substances toxiques près de la ville de Khan Cheikhoun.

    L'aviation syrienne a porté des frappes près de la ville de Khan Cheikhoun contre un entrepôt de terroristes où étaient entreposées des armes chimiques, destinées à être livrées en Irak, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    « Selon les données objectives du contrôle russe de l'espace aérien, l'aviation syrienne a frappé dans intervalle de 11 h 30 à 12 h 30 près de Khan Cheikhoun un grand entrepôt d'armes et une accumulation de matériel militaire de terroristes », a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    Selon le militaire, l'entrepôt abritait « un atelier de fabrication de mines artisanales, avec des substances toxiques ».

    L'arsenal d'armes chimiques était destiné à des combattants en Irak, a ajouté Igor Konachenkov. Il a également indiqué que ces munitions avec des substances chimiques avaient été également utilisées par des terroristes lors des frappes à Alep.

    Les frappes de Damas contre les cibles terroristes dans la province d'Idlib ont eu lieu au lendemain d'une attaque chimique ayant coûté la vie à des dizaines de civils. Si l'opposition syrienne fait état de 80 morts et près de 200 blessés, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a annoncé la mort d'au moins 58 personnes, dont onze enfants.

    L'opposition syrienne a accusé mardi le gouvernement de Bachar el-Assad d'avoir mené à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, une attaque « chimique ». Donald Trump a aussi imputé l'attaque au gouvernement du président syrien Bachar el-Assad. Le porte-parole de la Maison blanche Sean Spicer a déclaré que cet incident était devenu « une conséquence de la faiblesse et de l'irrésolution de l'administration précédente (celle de Barack Obama, ndlr.) ».

    Damas a pour sa part démenti toutes les accusations en raison de leur caractère non fondé.

    « Il n'est pas exclu qu'ils aient eux-mêmes procédé à l'attaque, dans le but de lancer une campagne de propagande contre l'armée syrienne », a indiqué à Sputnik une source au sein des forces armées syriennes.

    Moscou a aussi déclaré ne pas être concerné par les accusations. Selon le ministère russe de la Défense, « aucune frappe aérienne n'a été menée par l'aviation russe dans les environs de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Gaz moutarde en Syrie: Moscou dénonce l’amateurisme du rapport de HRW
    Moscou: les terroristes utilisent du sarin et de l'ypérite en Syrie et en Irak
    Tags:
    entrepôt d'armes, armes chimiques, frappe aérienne, Donald Trump, Igor Konachenkov, Damas, Idlib, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik