Ecoutez Radio Sputnik
    Mike Pence

    Idlib: les USA doutent de la destruction des armes chimiques syriennes sous leur contrôle

    © AFP 2018 Brendan Smialowski
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    29326

    Le vice-président américain, Mike Pence, attend la réaction de l’Onu sur l’attaque chimique d’Idlib et met en cause la réalité de la destruction des stocks d’armes chimiques syriennes. Celle-ci a pourtant été conduite sous supervision américaine et actée par les instances internationales.

    Mike Pence, le vice-président américain, a annoncé mercredi que Washington attendait la réaction du Conseil de sécurité de l'Onu à l'attaque chimique d'Idlib, tout en envisageant tous les scénarios possibles. Mike Pence a ajouté que l'accord de 2013 sur la destruction des armes chimiques en Syrie, conduite d'ailleurs sous leur supervision, n'avait pas abouti et que Moscou et Damas n'avaient pas honoré leurs engagements.

    « On nous a parlé d'un accord entre la Russie et le régime d'Assad sur la destruction des armes chimiques, disant que la menace d'une attaque chimique contre la population civile avait été éliminée. Cela n'a pas eu lieu », a-t-il noté dans un entretien à la chaîne de télévision Fox News.

    Selon lui, cette attaque « résulte de l'incapacité de l'administration précédente (des États-Unis) à faire face à la violence du régime d'Assad et à faire en sorte que la Russie et la Syrie tiennent compte des promesses concernant la destruction des armes chimiques. »

    Le vice-président américain a ajouté que Washington envisageait différents scénarios, tout en attendant une réaction du Conseil de sécurité de l'Onu sur l'incident d'Idlib.

    « Nous espérons que le Conseil de sécurité de l'Onu prendra des mesures. Mais nous envisageons tous les scénarios possibles », a-t-il signalé à Fox News.

    À ce sujet, il convient de rappeler à M. le vice-président Pence que l'accord sur la destruction des armes chimiques syriennes n'a pas été conclu entre Damas et Moscou, mais entre Moscou et Washington et qu'en 2014, tous les arsenaux chimiques ont été évacués de Syrie. Plus encore, leurs éléments les plus mortels ont été détruits en Méditerranée en utilisant un mécanisme américain en 2014 et que les dernières armes chimiques syriennes ont été officiellement détruites par la société américaine Veolia dans son entreprise au Texas en janvier 2016.

    Le fait a été officiellement confirmé par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

    « La société américaine, mandatée par l'OIAC pour détruire une partie des armes chimiques syriennes, a achevé la liquidation de 75 cylindres de fluorure d'hydrogène dans son entreprise au Texas », a informé l'OIAC dans un communiqué publié sur son site soulignant que toutes les armes chimiques que possédait la Syrie avaient été officiellement détruites.

    La coalition nationale syrienne a fait état, mardi, de 80 morts et de 200 blessés dans une attaque chimique à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, imputant cette attaque aux forces gouvernementales syriennes. Le commandement de l'armée syrienne a rejeté les accusations et a reporté la responsabilité sur les djihadistes et leurs protecteurs.

    Le ministère russe de la Défense a communiqué que l'aviation syrienne avait attaqué à Khan Cheikhoun un entrepôt de munitions des terroristes contenant des arsenaux d'armes chimiques destinés à des combattants en Irak. Une enquête sur l'incident a été ouverte par l'Onu et l'OIAC, mais aucune de ces deux organisations n'a publié de conclusion sur les coupables éventuels.

    Précédemment le président syrien Bachar el-Assad avait déclaré que le gouvernement syrien n'avait utilisé aucune arme de destruction massive, arme chimique comprise, contre son peuple. Il a rappelé qu'en 2013, Damas avait donné son accord au démantèlement de ses armes chimiques et qu'à l'heure actuelle il ne disposait plus de telles armes.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    Al-Nosra et Daech déploient des armes chimiques dans des quartiers résidentiels en Syrie
    Pas d’armes chimiques, pas d’attaques: Damas rejette les accusations
    Populations gazées à Idlib: Moscou dénonce l’intox propagée par Reuters
    Tags:
    accusations, destruction, armes chimiques, ONU, OIAC, Mike Pence, Bachar el-Assad, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik