Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestation à Paris

    A quand la condamnation des violences policières en France par le Parlement européen?

    © AFP 2019 Geoffroy Van Der Hasselt
    International
    URL courte
    2167

    Le Parlement européen a condamné le comportement de la police russe au cours d'un rassemblement non-autorisé. Pourtant, il a choisi d'ignorer la violence policière contre laquelle de nombreux Français se mobilisent dans les rues parisiennes en participant à des manifestations autorisées... pour y être confrontés de nouveau.

    Jeudi à Strasbourg, le Parlement européen a adopté une résolution condamnant les actions des forces de police russes contre les participants des rassemblements anti-corruption, faisant allusion à celui organisé à Moscou le 26 mars et suivi de multiples interpellations, y compris de l'un des organisateurs, Alexeï Navalny.

    Exhortant les autorités russes à ne pas violer « les obligations internationales en matière de libertés démocratiques et de droits de l'homme », les députés européens ont passé sous silence les tensions et les coups de matraque dont sont victimes tant les manifestants que les journalistes qui couvrent les mobilisations sociales en France, lesquelles, autorisées, ont fait l'objet d'une enquête spéciale de Street Presse.

    « Le policier me dit "Casse-toi, je vais t'allumer". On l'entend sur la vidéo », a raconté au magazine le journaliste Thierry Vincent. « C'est la dernière fois que je n'ai pas mis de casque en manif », a-t-il plaisanté.

    « Les policiers ont nassé tout le monde, journalistes comme militants », a confié le photojournaliste Pierre Gautheron, présent à la manifestation dénonçant la brutalité policière et honorant la mémoire de l'une de ses victimes, le jeune Théo.

    Au cours des manifestations, la police a pris l'habitude de photographier les cartes de presse, d'agence ou d'identité : « Je pense plutôt qu'il s'agit d'intimidation. Et c'est révoltant », a témoigné Vincent Vannier du SNJ.

    Pour certains, le contrôle policier s'est avéré sans bornes, même géographiquement parlant. Les informations sur le journaliste parisien Paul, qui avait relayé les rassemblements sur la Loi travail, semblent avoir atteint les oreilles des douaniers d'outre-mer, car il n'a pas été accueilli chaleureusement aux États-Unis où il planifiait des vacances en famille.

    « Après avoir scanné mon passeport, le douanier américain me demande de le suivre », s'est rappelé Paul. « D'emblée, il me demande si je suis venu pour le mouvement "Black Lives Matter". »

    Bien que n'ayant commis aucune brutalité, Gaspard Glanz, journaliste et fondateur du média indépendant Taranis News, a découvert qu'il était classé comme fiché S, catégorie 13 : « Individu membre de la mouvance anarcho-autonome (ou proche de la mouvance d'extrême-gauche radicale) susceptible de se livrer à des actions violentes. » La fiche n'évoquait pas sa qualité de journaliste.

    Dans ce cas, il s'agit de rassemblements autorisés dans la capitale française, lors desquels l'équipe de streaming de Sputnik a elle aussi été victime de brutalités : une journaliste a reçu des coups de bâton, les policiers l'ont poussée avec leurs boucliers, refusant de regarder sa carte de presse.

    L'agressivité policière lors des interpellations s'est accrue ces derniers temps, plusieurs policiers avec des matraques encerclant un seul manifestant, un Chinois inoffensif par exemple.

    Toute une armée est arrivée pour « endiguer » une centaine de manifestants pacifiques à l'époque à Ménilmontant, les journalistes ont été bloqués dans la rue, avec des protestataires. Les CRS se sont rangés sur quatre lignes, ceci pour régler ce modeste rassemblement pacifique. Ainsi les manifestants ont-ils été encerclés pendant quatre heures.

    Quant au recours aux gaz lacrymogènes, il en existe apparemment une certaine classification car l'impact sur la santé est bien visible, la toux durant pendant des semaines.

    Autre fait notable : lors de la dernière manifestation place de la République, les forces de l'ordre ont commencé à attaquer les interpellés avec des matraques, mais ont vite arrêté leur activité aussitôt qu'ils ont vu une journaliste de Sputnik s'approcher d'eux avec une caméra.

    Bien que les interpellations soient une affaire intérieure du pays, il est à noter que le Parlement européen a condamné la conduite des policiers lors d'une action non-autorisée à Moscou. Le 26 mars, près de 8 000 personnes sont sorties dans les rues moscovites pour rejoindre une manifestation anti-corruption et quelque 800 d'entre elles ont été interpellées. Les autorités avaient en fait permis de la tenir, mais pas dans la rue Tverskaïa où elle s'est déroulée en pratique.

    Plusieurs rassemblements de cette sorte se sont également tenus dans d'autres villes russes, notamment à Saint-Pétersbourg, Novossibirsk, Barnaoul, Iekaterinbourg, Tomsk, Khabarovsk ou Vladivostok.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Heurts à Paris: Zakharova pointe le «deux poids, deux mesures» de l’Occident
    800 interpellations suite à une manifestation non-autorisée à Moscou
    Heurts à Paris: le drôle de silence de la diplomatie américaine
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    autorisation, brutalité policière, condamnation, interpellation, manifestation, violences, Parlement européen, Strasbourg, Moscou, Paris, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik