Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Frappes US en Syrie: Trump ouvre-t-il la boîte de Pandore? Réactions du monde politique

    © AP Photo / Alex Brandon
    International
    URL courte
    Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (86)
    496

    La frappe américaine contre une base militaire en Syrie qui a fait au moins 7 victimes divise la communauté internationale. Sputnik vous présente les pour et contre le bombardement meurtrier des États-Unis.

    La frappe de missiles américains visant la base aérienne de Shayrat, dans la région d'Homs (ouest de la Syrie), qui a fait au moins sept victimes, n'a laissé personne indifférent. La communauté internationale s'est nettement divisée en deux camps: ceux qui approuvent la décision de Donald Trump et ceux qui condamnent cette démarche, jugée trop dangereuse, voire illégale.

    La Russie a dénoncé les attaques américaines contre la Syrie comme une « agression contre un État souverain ».

    Par ailleurs, Marine Le Pen s'est déclarée « étonnée », car « M. Trump avait indiqué à plusieurs reprises qu'il n'entendait plus faire des États-Unis le gendarme du monde, et c'est exactement ce qu'il a fait hier ». La candidate Front national met également en garde contre « le même scénario que celui qu'on a pu voir en Irak, en Libye, qui en réalité sont des processus qui ont entraîné le chaos, qui ont fini par conforter le fondamentalisme islamiste. »

    La Chine a demandé d'« éviter toute nouvelle détérioration de la situation » en Syrie suite aux frappes américaines contre une base militaire syrienne et a condamné « l'usage d'armes chimiques, par n'importe quel pays », d'après Mme Hua Chunying, porte-parole de la diplomatie chinoise.

    L'Iran, pour sa part, a « vigoureusement » condamné l'attaque américaine. Ce bombardement ne fera qu'« aider les groupes terroristes qui sont en déclin et compliquer encore la situation en Syrie et dans la région », selon Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, cité par l'agence Fars.

    Le Ministère grec de la Défense s'est déclaré opposé à toute intervention militaire en Syrie et a appelé au dialogue. Dans le contexte de la frappe US, la Bolivie appelée à organiser des consultations du Conseil de sécurité des Nations Unies.

    Dans le camp des pro-bombardements, l'Arabie saoudite a déclaré « soutenir totalement » les frappes américaines et a salué la « décision courageuse » de Donald Trump.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a également approuvé « le message fort et clair » adressé par le président US au gouvernement syrien et a qualifié la frappe « d'exemple pour tout le monde libre ».

    Le gouvernement anglais a aussi déclaré son soutien à l'initiative américaine, tandis que Maykl Fellon, le secrétaire britannique à la Défense a toutefois exhorté la Russie à user de son influence pour faire cesser la guerre civile en Syrie.

    Le Japon « apprécie hautement l'engagement fort du président (Donald) Trump pour le maintien de l'ordre international et pour la paix et la sécurité des alliés et du monde », selon les mots de Shinzo Abe, le Premier ministre japonais.

    Selon Angela Merkel et François Hollande, Bachar al-Assad porte « l'entière responsabilité » des frappes américaines, assurant d'autant plus que Washington les avait prévenus de son action.

    Jean-Marc Ayrault, le ministre français des Affaires étrangères, a déclaré que ces bombardements étaient un « signal » censé conduire la Russie et l'Iran à comprendre qu'ils ne peuvent plus « soutenir comme ils le font à bout de bras jusqu'à l'ignominie le régime de Bachar al Assad ».

    Sigmar Gabriel, le ministre allemand des Affaires étrangères, considère pour sa part « compréhensible » la démarche américaine et prône une solution politique sous l'égide de l'Onu.

    Ankara a aussi salué la décision de la Maison-Blanche, qualifiant l'attaque américaine de « positive », selon Numan Kurtulmus, le vice-Premier ministre turc cité par la chaîne Fox TV.

    Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull s'est pour sa part félicité de la frappe aérienne américaine contre une base militaire syrienne. Même son de cloche en Autriche, où Sebastian Kurz, ministre autrichien des Affaires étrangèresa déclaré « comprendre les motivations américaines ».

    Le Premier ministre tchèque Bohuslav Sobothis a de son côté écrit sur Twitter que « le recours aux armes chimiques était un crime inacceptable ». « Espérons que la réaction rapide du Président Trump aidera à prévenir de nouvelles attaques chimiques en Syrie », a-t-il ajouté.

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, 59 missiles « Tomahawk » ont été tirés depuis des destroyers de l'U.S. Navy stationnés dans l'est de la Méditerranée, touchant plusieurs cibles sur la base aérienne de Shayrat, dans la région d'Homs, dans l'ouest de la Syrie. L'attaque a fait au moins sept morts, dont deux civils.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (86)

    Lire aussi:

    Lavrov: les actions US en Syrie rappellent l'invasion de l'Irak
    En frappant la Syrie, Washington cherche à régler ses problèmes intérieurs
    Moscou suspend le mémorandum avec les USA sur la sécurité des vols en Syrie
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    Tags:
    réaction, frappe aérienne, base aérienne de Shayrat, Homs, Syrie