Ecoutez Radio Sputnik
    Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev

    Des frappes US en Syrie «à la limite du conflit militaire avec la Russie»

    © Sputnik . Alexander Astafyev
    International
    URL courte
    Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (86)
    2621745

    Les États-Unis ont effectué des frappes aériennes en Syrie « à la limite du conflit militaire avec la Russie », c’est ainsi que le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a qualifié l’acte de Washington, soulignant que cela avait été fait en violation du droit international et des procédures intérieures américaines.

    Dmitri Medvedev, Premier ministre russe, a critiqué sur sa page Facebook la décision de l'administration du Président américain Donald Trump de bombarder le territoire syrien.

    « En dépit de belles paroles sur la lutte conjointe contre Daech, le principal ennemi, l'administration de Trump a prouvé qu'elle allait mener un combat contre le gouvernement légitime syrien. En contradiction avec les normes du droit international, sans approbation de l'Onu. Avec la violation de ses propres procédures établissant la nécessité d'avertir le Congrès sur une opération militaire qui n'est pas liée avec les attaques aux États-Unis », a-t-il écrit ce vendredi, ajoutant que cet incident se situait « à la limite du conflit militaire avec la Russie ».

    D'après M. Medvedev, « les restes du brouillard de la campagne électorale se sont définitivement dissipés ».

    « Personne n'exagère les valeurs des promesses électorales mais il y a tout de même des limites à la décence. Après vient l'incrédulité totale, ce qui est très triste pour nos relations détériorées. Et, bien sûr, c'est réjouissant pour les terroristes », a-t-il assuré.

    Suite à l'attaque chimique de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par l'Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne de Shayrat. Vendredi matin, une soixantaine de missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée, faisant selon Damas neuf morts, dont quatre enfants, et causant d'importantes destructions.

    En réaction à l'attaque américaine, la Russie a suspendu son accord avec Washington sur la prévention des incidents et la sécurité des vols lors des opérations en Syrie, signé en octobre 2015 quelques semaines après le début de l'intervention russe dans le pays.

    Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé que les frappes américaines contre la base de Shayrat avaient été « planifiées depuis longtemps », l'attaque chimique de Khan Cheikhoun n'étant qu'un prétexte.

    Frappe américaine contre une base aérienne syrienne
    © Sputnik .
    Frappe américaine contre une base aérienne syrienne

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (86)

    Lire aussi:

    Frappes US en Syrie: «Washington veut affaiblir l'armée syrienne»
    Opposant syrien: la frappe en Syrie vise à booster la popularité de Trump
    La Russie convoque à Genève une réunion du groupe de travail sur le cessez-le-feu en Syrie
    Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie
    Le Parti travailliste britannique condamne les frappes US contre la Syrie
    Ces 18 tweets où Trump fustigeait l’idée des frappes en Syrie
    Syrie: pourquoi la Russie n'a pas riposté aux frappes américaines
    Frappes US en Syrie: Poutine réunit le Conseil de sécurité russe
    Des missiles S-300 et S-400 assurent la sécurité de la base navale russe en Syrie
    Frappes US en Syrie: «Un coup dur pour les négociations à Genève»
    Tags:
    Etat islamique, Donald Trump, Dmitri Medvedev, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik