International
URL courte
Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (86)
2233
S'abonner

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a constaté l’escalade de la crise en Syrie après que le Pentagone a lancé une soixantaine de missiles sur une base aérienne syrienne, évoquant désormais un conflit armé international.

La situation en Syrie « se transforme en conflit armé international » à la suite de frappes de missiles américains contre une base aérienne syrienne, a déclaré vendredi à Reuters le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

« Toute opération militaire menée par un État sur le territoire d'un autre [État, ndlr] sans le consentement de cet État se transforme en conflit armé international. Ainsi, tenant compte des informations disponibles, après l'attaque des États-Unis contre l'infrastructure militaire syrienne, la situation se transforme en conflit armé international », a annoncé la porte-parole du CICR, Iolanda Jaquemet, à Genève.

Elle a ajouté, sans donner de détails, que les responsables du CICR avaient évoqué le sujet de l'attaque lors des discussions avec les autorités américaines dans le cadre de son dialogue confidentiel avec les parties en conflit.

Le CICR, qui assure le respect des Conventions de Genève établissant les règles de la guerre, a déclaré en juillet 2012 que la crise syrienne était un conflit armé interne, ou une guerre civile.

En vertu du droit international humanitaire, qu'il s'agisse d'un conflit interne ou international, les civils doivent être épargnés et les établissements médicaux protégés. Les parties en conflit doivent respecter les principes clés de la précaution et de la proportionnalité et distinguer les combattants et les civils.

Suite à l'attaque chimique de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée sans fondement par l'Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne de Shayrat. Vendredi matin, une soixantaine de missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée, faisant selon Damas neuf morts, dont quatre enfants, et causant d'importantes destructions.

En réaction à l'attaque américaine, la Russie a suspendu son accord avec Washington sur la prévention des incidents et la sécurité des vols lors des opérations en Syrie, signé en octobre 2015 quelques semaines après le début de l'intervention russe dans le pays.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé que les frappes américaines contre la base de Shayrat avaient été « planifiées depuis longtemps », l'attaque chimique de Khan Cheikhoun n'étant qu'un prétexte.

Selon ses données, deux soldats syriens sont portés disparus, quatre ont été tués et six ont été brûlés en combattant un incendie. Le gouverneur de la province de Homs a indiqué que sept personnes ont été tuées: cinq militaires et deux civils d'un village voisin. Les forces armées syriennes ont quant à elles informé que dix soldats syriens avaient été tués.

Par ailleurs, le ministère russe a indiqué que la frappe avait détruit un entrepôt logistique, un bâtiment de formation, un réfectoire, six avions MiG-23 en réparation et un radar.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

 

Dossier:
Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (86)

Lire aussi:

La Suède remet en question la légitimité de la frappe US en Syrie
Syrie: Londres appelle la Russie à user de son influence pour arrêter la guerre
Frappes US en Syrie: «Un coup dur pour les négociations à Genève»
Des missiles S-300 et S-400 assurent la sécurité de la base navale russe en Syrie
Tags:
Syrie, États-Unis, Russie, Iolanda Jaquemet, Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Pentagone, conflit, guerre, crise syrienne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook