Ecoutez Radio Sputnik
    Désarmement total: l'ETA en quête de reconnaissance pour son action

    Désarmement total: l'ETA en quête de reconnaissance pour son action

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    141

    Le mouvement indépendantiste basque ETA a annoncé son désarmement pour le 8 avril. Sputnik a contacté Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l'IRIS sur les questions ibériques, pour mieux comprendre la portée de cette décision.

    Le désarmement total de l'organisation basque ETA est prévu pour ce samedi 8 avril, lors duquel l'organisation devrait présenter devant la justice française la liste de ses caches d'armes à Bayonne, un arsenal d'environ 130 armes de poing et de deux tonnes d'explosifs. La procédure engagera, sous l'autorité du parquet anti-terroriste de Paris, une équipe de vérificateurs et de spécialistes du déminage, des représentants de la police et de la gendarmerie.

    Entre-temps, le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy a exigé des excuses de la part du mouvement : l'ETA doit « annoncer sa dissolution totale, présenter ses excuses aux victimes et disparaître », est-il dit dans un communiqué.

    Selon le chercheur à l'IRIS sur les questions ibériques Jean-Jacques Kourliandsky, le désarmement total ne constitue pas vraiment une date historique après plus de 40 ans de violences et plus de 800 morts.

    « C'est presque un non-événement en Espagne », explique-t-il. « Il y a dix ans, le terrorisme apparaissait comme la préoccupation numéro un. Aujourd'hui, pour les Espagnols et les Basques, c'est le chômage, puis la corruption. Et quand il est question de terrorisme, c'est au terrorisme islamiste que pensent les Espagnols depuis l'attentat de Madrid de 2004 qui a fait près de 200 morts. »

    Né dans les années 50 dans la lutte contre le franquisme, l'ETA a abandonné la lutte armée en 2011, mais néanmoins refusait son désarmement et sa dissolution. Face à Paris et à Madrid, elle réclamait dans des négociations la libération de quelques 300 de ses membres emprisonnés. Le groupe a également appelé à une manifestation à Bayonne, pour éviter que « les ennemis de la paix » contrecarrent cette initiative.

    Le mouvement a annoncé son désarmement dans une lettre publiée jeudi soir par la chaîne BBC (en anglais). Pourquoi ce choix d'un média anglophone et international, est-ce un moyen de donner une ultime résonnance à ce combat perdu ? 

    « Oui, c'est-à-dire que l'ETA, a toujours attaché beaucoup d'importance au combat des nationalistes  irlandais. Il y a toujours eu beaucoup de lien avec l'IRA et les partis nationalistes irlandais », poursuit l'expert, ajoutant que l'IRA a joué un rôle en faisant passer des messages selon lesquels il serait temps pour l'ETA d'arrêter la lutte armée.

    « Evidemment, en essayant de faire considérer comme une fête ou un évènement important cette remise d'armes, l'ETA, ou ce qu'il en reste, essaie d'obtenir quelque reconnaissance sociale,  pour l'action qu'elle a mené depuis 60 ans. »

    Par conséquent, si l'ETA se trouve dans cette situation, c'est qu'elle n'a plus d'échos dans la société espagnole et basque et elle constitue plutôt un obstacle à l'épanouissement des idées indépendantistes : elle est aussi sous la pression de ceux qui partagent ces idées mais pas méthodes, d'après M. Kourliandsky.

    Tandis que tous les mouvements violents  (Pays Basque, Corse, Ireland, etc.) en Europe se sont éteint, est-ce là un symbole de changement d'époque ?

     « Le monde a changé, il s'est globalisé, mondialisé. Les États nationaux n'ont plus la force, la puissance et l'universalité qui était la leur. En Espagne, la dictature a disparu […], les données de la bataille politique ne sont plus les mêmes et les idées que défendent les partis sous régionaux ou nationaux peuvent s'exprimer d'une autre façon que par la voix des armes, avec de fortes chances de permettre au peuple qu'ils prétendent représenter d'obtenir des compensations économiques, financières, culturelles, qui évitent de passer par le traumatisme d'affrontements militarisés », résume l'expert.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Une marche massive des partisans de l’ETA a eu lieu en Espagne
    La dernière «armée insurrectionnelle» d’Europe de l’Ouest disparaît: l’ETA démantelée
    Attentats de l’ETA: qui ont été les cibles de dizaines d’années de violence?
    Tags:
    armements, reconnaissance, désarmement, ETA, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik