Ecoutez Radio Sputnik
    Konstantin Kossatchev

    Départ d’Assad remis à l’ordre du jour US: du sabotage, pour un sénateur russe

    © Sputnik. Maxim Blinov
    International
    URL courte
    463569459

    Nouvelle «réalité politique» pour la Maison-Blanche: il y a quelques jours seulement, Bachar el-Assad est devenu à ses yeux un obstacle au règlement en Syrie. Un sénateur russe crie au sabotage des efforts de la communauté mondiale.

    Le président de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) Konstantin Kossatchev a réagi aux déclarations de l'ambassadrice américaine à l'Onu Nikki Haley faites à l'occasion d'une interview accordée à CNN. Mme Haley y a notamment affirmé qu'un règlement politique du conflit syrien était impossible si le président Bachar el-Assad restait au pouvoir et qu'il « était difficile d'imaginer un gouvernement pacifique et stable avec Assad ».

    « Appelons un chat un chat : il s'agit d'un sabotage direct des efforts de la communauté mondiale afin de lancer un processus de négociations politiques entre les autorités et l'opposition. L'opinion des États-Unis sera lue tant par l'opposition modérée que par l'opposition armée. À quoi sert-il après cela d'aller à Astana ou à Genève, demanderont-ils », a écrit M. Kossatchev sur sa page Facebook.

    Nikki Haley a livré son commentaire au lendemain de la frappe américaine sur une base aérienne en Syrie faisant suite aux déclarations de la Maison-Blanche d'après lesquelles les États-Unis étaient disposés à prendre des mesures supplémentaires en vue de « défendre leurs intérêts nationaux » au Proche-Orient. Mme Haley a ainsi réitéré pratiquement mot à mot les déclarations de l'administration Obama, que Donald Trump avait d'ailleurs critiquées avant son élection les qualifiant d'excès d'ingérence dans les affaires des autres pays.

    Selon l'ambassadrice, le départ d'Assad est envisagé parmi « plusieurs autres priorités » des États-Unis.

    Quelques jours seulement avant la frappe, la Maison-Blanche déclarait que la présidence d'Assad en Syrie était une « réalité politique » dont il fallait tenir compte. Cependant, le président Trump a retourné sa veste dans la foulée d'informations concernant une attaque chimique dans la province syrienne d'Idlib, le 4 avril. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les États-Unis ont tiré des missiles de croisière depuis leurs navires déployés en Méditerranée sur l'aérodrome syrien de Shayrat, affirmant, sans aucune preuve, que l'attaque chimique d'Idlib avait été menée depuis cet aérodrome.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    Frappes US en Syrie: «Ce n’est pas pour ça que nous avons voté!»
    Frappes US: vers une répétition des scénarios irakien et afghan en Syrie?
    Frappes sur la Syrie: la réaction précipitée de Donald Trump est regrettable
    Tags:
    règlement, crise syrienne, présidence américaine, Nikki Haley, Donald Trump, Konstantin Kossatchev, Barack Obama, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik