Ecoutez Radio Sputnik
    Nikki Haley

    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran

    © AFP 2017 SAUL LOEB
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (70)
    13975377114

    L'ambassadrice des États-Unis à l'Onu a révélé que Washington examinait de nouvelles sanctions contre la Russie et l'Iran pour leur soutien à Damas. En outre, selon la diplomate, les USA disposent de preuves de l'implication de Damas dans l'attaque chimique d'Idlib, preuves qui sont pour l'instant toujours classées secrètes.

    Le Président américain Donald Trump examine avec les membres de son administration la possibilité d'introduire de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie et de l'Iran pour le soutien qu'ils accordent aux autorités syriennes, a annoncé l'ambassadrice des États-Unis auprès de l'Onu Nikki Haley.

    « Nous [l'administration américaine, ndlr] en discuterons et nous avons déjà entamé ces discussions », a-t-elle déclaré dans une interview à la chaîne CNN, répondant à la question visant à savoir si le Président souhaitait durcir les sanctions à l'encontre de Moscou et de Téhéran.

    Les preuves de l'attaque chimiques seront soumises à Moscou

    Nikki Haley assure en outre que Washington dispose de preuves de l'implication de Bachar el-Assad à l'attaque chimique survenue le 4 avril dans la province syrienne d'Idlib. Or, pour le moment ces données sont classées secrètes.

    « Nous avons des preuves de l'implication d'Assad, nous les avons vues, nous savons ce qui s'est passé. Nous n'avons aucun doute à ce sujet », a-t-elle dit.

    Mme Haley a en outre déclaré que Washington soumettrait ces preuves à Moscou qui « continue à couvrir le Président Bachar el-Assad ».

    Tillerson évoquera avec Lavrov la « responsabilité russe »

    L'administration américaine espère recevoir des réponses de la part Moscou au sujet de la présence d'armes chimiques en Syrie.

    « Nous savons que la Russie doit donner des réponses », a fait savoir Nikki Haley, interrogée au sujet du rôle de Moscou dans les événements autour des attaques chimiques qu'on attribue aux autorités syriennes.

    « Il ne faut pas oublier que la Russie a assumé la responsabilité pour la destruction des armes chimiques en Syrie. C'est bien que le secrétaire d'État [Rex] Tillerson aille en Russie la semaine prochaine. Je pense qu'à l'issue de cette rencontre il y aura beaucoup de réponses », a-t-elle ajouté.

    « Pas de paix en Syrie tant qu'Assad est au pouvoir »

    Bien que la priorité primordiale des États-Unis en Syrie soit la lutte contre l'organisation terroriste de Daech, Washington ne voit pas de règlement politique dans ce pays proche-oriental tant que Bachar el-Assad sera au pouvoir, a encore ajouté Mme Haley.

    « Notre priorité primordiale et principale est la lutte contre Daech. Mais nous ne voyons pas de paix en Syrie sous Assad. Aucune possibilité de règlement politique n'existe en Syrie tant qu'Assad est au pouvoir », a déclaré la diplomate.

    Rappelons que juste avant l'attaque chimique, Nikki Haley avait déclaré que le départ de Bachar el-Assad ne faisait plus partie des priorités des États-Unis en Syrie.

    La coalition nationale syrienne a fait état, mardi, de 80 morts et de 200 blessés dans une attaque chimique à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, imputant cette attaque aux forces gouvernementales syriennes. Le commandement de l'armée syrienne a rejeté les accusations et a reporté la responsabilité sur les djihadistes et leurs protecteurs.

    L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) confirme la destruction totale des armes chimiques syriennes. Le ministère russe de la Défense a communiqué que l'aviation syrienne avait attaqué à Khan Cheikhoun un entrepôt de munitions des terroristes contenant des arsenaux d'armes chimiques destinés à des combattants en Irak. Une enquête sur l'incident a été ouverte par l'Onu et l'OIAC, mais aucune de ces deux organisations n'a publié de conclusions sur les coupables éventuels.

    Précédemment le Président syrien Bachar el-Assad avait déclaré que le gouvernement syrien n'avait utilisé aucune arme de destruction massive, arme chimique comprise, contre son peuple. Il a rappelé qu'en 2013, Damas avait donné son accord au démantèlement de ses armes chimiques et qu'à l'heure actuelle il ne disposait pas de stocks de telles armes.

    La Syrie a adhéré à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques après une vaste attaque chimique en août 2013 dans la Ghouta, banlieue orientale de Damas. Cette démarche résultait d'un accord entre la Russie et les États-Unis sur la destruction des armes chimiques syriennes sous le contrôle de l'OIAC et a permis d'éviter une ingérence militaire des États-Unis en Syrie.

    Les stocks d'armes chimiques ont été évacués de Syrie.

    En août 2014, la destruction en Méditerranée des armes chimiques les plus mortelles possédées par Damas avait été annoncée. Dans un communiqué, le Président Barack Obama avait lui-même assuré que les armes avaient été détruites par « des professionnels civils et militaires en utilisant un mécanisme américain unique en son genre ».

    En janvier 2016, l'OIAC a annoncé la destruction totale des arsenaux chimiques syriens. En 2013, le prix Nobel de la paix a été décerné à l'OIAC pour le désarmement chimique de la Syrie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (70)

    Lire aussi:

    L’intoxication au gaz des habitants d’Idlib «ressemble à une mise en scène»
    Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie
    OMS: l’intoxication par des agents chimiques à Idlib a fait 84 morts
    Tags:
    attaque chimique, soutien, preuves, sanctions, ONU, OIAC, Nikki Haley, Rex Tillerson, Donald Trump, Bachar el-Assad, Iran, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik