Ecoutez Radio Sputnik
    Rassemlement anti-corruption non-autorisée à Moscou

    Le Parlement européen fustige les autorités russes après le rassemblement anti-corruption

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    International
    URL courte
    35936

    Les députés européens ont adopté jeudi 6 avril une résolution en faveur de la libération de l’opposant Alexeï Navalny et des manifestants qui avaient été arrêtés après avoir participé à une marche illégale contre la corruption le 26 mars à Moscou, situation commentée pour Sputnik par le député des Français de l’étranger Thierry Mariani.

    Dans sa résolution adoptée jeudi dernier à Strasbourg, le Parlement européen condamne fermement l'action des autorités russes contre les participants au rassemblement anti-corruption organisé à Moscou le 26 mars et suivi de multiples interpellations, y compris de l'un des organisateurs, l'opposant Alexeï Navalny, et demande à Moscou d'abandonner les accusations « politiquement motivées ».

    « Je pense que les parlementaires européens sortent un peu de leur rôle, on n'a pas à donner des ordres à un État souverain. S'ils s'intéressent à l'utilisation politique de la Justice ils devraient aussi s'intéresser à ce qui se passe en France. Parce que, sincèrement, je pense que les persécutions judiciaires n'existent pas que dans certains pays », a déclaré à Sputnik le député des Français de l'étranger Thierry Mariani.

    Dans cette résolution, qui n'est d'ailleurs qu'un texte qui expose une position sur un fait particulier et qui n'a pas de conséquences juridiques, les députés européens expriment par ailleurs des doutes quant à l'indépendance et à la partialité des institutions judiciaires russes et les exhortent à respecter les libertés fondamentales d'expression et de réunion pacifique, tout en s'acquittant de leurs fonctions « sans ingérence politique ».

    « Quand je vois qu'il leur a fallu plusieurs années — à ce fameux Parlement européen — pour adopter le processus qu'on appelle "PNR" […] c'est à dire pour identifier les passagers dangereux, je me dis que vraiment ils feraient mieux d'être plus efficaces pour lutter contre le terrorisme plutôt que de voter des résolutions. Parce que sincèrement ils se font plaisir et ils ne servent à rien », a conclu l'interlocuteur de l'agence.

    Les observateurs relèvent qu'en exhortant les autorités russes à ne pas violer « les obligations internationales en matière de libertés démocratiques et de droits de l'homme », les députés européens passent sous silence les tensions et les coups de matraque dont sont victimes tant les manifestants que les journalistes qui couvrent par exemple des mobilisations sociales d'ailleurs autorisées en France.

    Bien que les interpellations soient une affaire intérieure du pays, il est à noter que le Parlement européen a condamné la conduite des policiers lors d'une action non-autorisée organisée dans la capitale russe. Le 26 mars, près de 8 000 personnes sont descendues dans la rue à Moscou pour rejoindre une manifestation anti-corruption et quelque 800 d'entre elles ont été interpellées. Les autorités avaient en fait autorisé cette action, mais pas dans la rue Tverskaïa, où elle s'est pourtant déroulée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Russie: durcir la lutte anti-corruption (Poutine)
    Lutte anti-corruption: la Russie entend adhérer à l'IACA
    Lutte anti-corruption: le sénat russe autorise la confiscation des biens mal acquis
    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Tags:
    autorités, interpellation, députés, manifestation, police, Parlement européen, Thierry Mariani, Alexeï Navalny, Moscou, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik