Ecoutez Radio Sputnik
    Tomahawk US

    Un scénario à l'afghane attend-il la Syrie?

    © REUTERS / Robert S. Price/Courtesy U.S. Navy
    International
    URL courte
    Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (86)
    5291

    La frappe des États-Unis contre une base aérienne en Syrie rappelle bien l’opération «punitive» des Américains en Afghanistan en 2001, suite à laquelle Washington s’est enlisé dans le «bourbier afghan», ont relevé les experts et les politiciens afghans interviewés par Sputnik.

    On est en présence d'une violation pure et simple de l'intégrité territoriale d'un État indépendant et de sa souveraineté nationale, a déclaré à Sputnik le membre de la commission pour la défense du parlement afghan, Akbar Qasemi.

    « Le gouvernement afghan doit donner son interprétation de ces événements, en prévenant ainsi le monde que la Syrie risque de vivre le scénario afghan. Nous nous rappelons bien comment sous prétexte de la lutte contre le terrorisme, l'aviation américaine s'est mise à porter, dès 2001, des frappes "punitives" sur nos territoires. Le monde doit retenir cette leçon et ne pas admettre de réédition du scénario afghan», a souligné le député.

    Un autre interlocuteur de l'agence, Seyed Isa Hosseini Mazari, leadeur du parti islamique Tabian, a qualifié d'« acte de violence » la frappe aérienne américaine contre la base syrienne.

    « La frappe contre l'aérodrome de Shayrat est par ailleurs un acte de complicité avec le terrorisme. C'est une tentative de justifier ses actions et de réengager les terroristes dans la lutte pour la région. La cruauté et la lâcheté de cette démarche sont d'autant plus évidentes que les Américains arborent le mot d'ordre de la lutte contre le terrorisme. En réalité, il n'en est rien », a constaté l'expert.

    De son côté, le politologue et blogueur de Kaboul, Seyed Mehdi Hosseini Sahel, a estimé dans un entretien avec Sputnik que les Américains auraient frappé la base syrienne pour voir la réaction de leurs concurrents au Proche-Orient, à savoir de la Russie et de l'Iran.

    « On ne doit pas céder aux provocations de Washington qui ne cesseront jamais. Qui plus est, les Américains ne ménageront même pas la population civile pour parvenir à leurs objectifs », a prévenu M. Sahel.

    Frappe aérienne
    © REUTERS / Ford Williams/Courtesy U.S. Navy

    Suite à l'attaque chimique à Khan Cheikhoun, attribuée par les pays occidentaux aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe contre la base de Shayrat. Le 7 avril, 59 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui croisaient en Méditerranée, faisant selon diverses sources entre quatre et dix morts parmi les militaires syriens, et causant d'importantes destructions.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Frappes US contre la base de Shayrat en Syrie (86)

    Lire aussi:

    Ministre allemande: la frappe US est un message clair adressé à la Chine
    «L’escalade suite à la frappe américaine contre la Syrie risque de tout détruire»
    La frappe US contre la Syrie ne serait-elle pas l’«incident du Tonkin» pour le PO?
    La statue du Général de Gaulle jetée à bas lors des festivités après la victoire de l’Algérie à Évreux - image
    Tags:
    attaque, missiles de croisière, Tomahawk, Sputnik, Seyed Mehdi Hosseini Sahel, Seyed Isa Hosseini Mazari, Akbar Qasemi, Afghanistan, Proche-Orient, Iran, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik